LE PIÈGE SE REFERME SUR NOUS…

Laïcité, piège à c… ?

laic

La France se cherche. Elle est un peu perdue. Elle ne se reconnaît plus. Plus un sujet est évoqué, un mot employé, plus il faut parier que le doute, l’incertitude, le flottement règnent sur la question à laquelle ils renvoient. Cette question est celle de l’identité. Qu’est-ce que la France ? Qui sommes-nous, nous, les Français ? L’interrogation a envahi le débat politique. Le thème est évidemment le pivot des « nationaux ». Il divise les républicains. Sarkozy le reprend alors que le débat qu’il avait lancé en le confiant à un Ministre, venu de gauche et qui définissait la France comme un conglomérat, avait lamentablement échoué. Juppé pour conjurer le pessimisme de Finkielkraut parle « d’identité heureuse ». Lorsqu’un pays est sûr de lui, il ne se pose pas ce type de question. Il se contente d’être et d’offrir sans complexe, mais sans agressivité, sa singularité au monde. C’est d’ailleurs ce que les touristes viennent y chercher. Or en quelques décennies, la France est passée d’une certaine arrogance un peu aveugle qui associait Napoléon, sans Waterloo, au Concorde, sans le coût du Kérosène, à un sentiment d’échec fondé sur la médiocrité des politiciens qui la dirigent, les mauvais résultats de son économie, et la comparaison peu rassurante avec de nombreux autres pays.

Cette mélancolie française pour reprendre un titre de Zemmour se nourrit chaque jour des images que les Français reçoivent de leur propre pays dont les paysages et les habitants changent. L’image, le paysage, c’est important. Mitterrand avait illustré sa « force tranquille » avec un village et un clocher. Les Suisses ont par référendum interdit les minarets pour préserver « leurs » paysages. Une rue bloquée par une foule en prière musulmane, des femmes voilées de sombre de la tête aux pieds, des burkinis sur une plage perturbent la vision que les Français ont d’eux-mêmes et sont ressentis comme une présence étrangère, envahissante, provocatrice. Le contexte marqué par les attentats, notamment celui de Nice, a exacerbé ce sentiment. Des musulmans avaient attaqué la France, au cœur de l’été, au bord d’une plage, et des musulmans venaient ostensiblement afficher leur différence sur nos plages. Des maires ont donc publié des arrêtés pour interdire les burkinis. Sans doute recherchaient-ils une publicité facile auprès de leur électorat de droite. Mais ils étaient aussi portés par la psychologie sociale, par une demande du pays réel.

Malheureusement, le Conseil d’Etat, notre plus haute instance de justice administrative, dont les décisions font jurisprudence, ne fait pas de la psychologie, mais du droit. Et sur ce plan, sa suspension de l’arrêté de Villeneuve-Loubet est logique. Défenseur des libertés publiques, il a considéré comme illégale une mesure qui consiste à empêcher d’aller et de venir avec les vêtements de son choix, y compris ceux qui témoignent d’une conviction religieuse qui a parfaitement le droit de s’exprimer dans l’espace public. Cette censure de la censure était prévisible et transforme en une amère défaite l’action entreprise par les élus municipaux. Leur argument reposait sur le trouble à l’ordre public. Comme il n’y a pas eu d’incident, sauf en Corse peut-être, lié au port de tenue islamique sur les plages, et qu’au contraire, des interventions policières un peu maladroites ont été mises en exergue, sur le plan juridique le motif disparaissait et l’atteinte aux libertés était évidente.

L’autre argument, avancé par Manuel Valls, sur la liberté des femmes ne tient pas la route, puisque manifestement des porteuses de burkini choisissent ce vêtement volontairement. Qu’elles le fassent par pudeur ou par provocation n’est pas du ressort du Conseil d’Etat qui n’a pas à sonder les reins et les cœurs. Mais c’est la question politique essentielle : celle de l’identité, et non celle de la laïcité. Beaucoup de Français ne désirent pas que des comportements ou des signes qui ne correspondent ni à leur histoire, ni à leur culture s’imposent en utilisant la neutralité laïque de façon maligne. La stratégie est perverse : la laïcité n’interdit pas la religion, mais au contraire permet l’expression égale de toutes les confessions, dans le respect et sous la protection d’un Etat impartial.

Que les catholiques soient discrets est leur affaire. Les musulmans ne le sont pas. Ils ont été appelés à le faire dans les espaces religieusement neutres de l’Etat ou pour des raisons de sécurité, mais ils n’y sont pas tenus plus que d’autres par ailleurs. On en arrive même à ce paradoxe agité par les extrémistes de la laïcité qui veulent qu’on interdise tous les signes religieux, comme si la croix, souvent discrète, et de plus plantée sur toute notre histoire, pouvait être comparée à l’évidente provocation des intégristes d’une religion minoritaire importée.

La France, ou tout au moins le pays légal français, la République, comme disent ceux pour qui la France est née en 1789, et même plutôt en 1792, et a connu son heure de gloire en 1905, s’est pris les pieds dans le tapis de laïcité, à défaut de tapis de prière. En lançant cette offensive mal préparée et en étant désavoués, les élus n’ont pas évité le ridicule. La presse étrangère en a fait ses choux gras. La France qui a longtemps joui de son image de légèreté, voire de frivolité, en matière de mœurs, qui avait affiché sa liberté avec le corps dénudé de Brigitte Bardot dans « Dieu créa la femme » à la fin des années 1950, utilise une police des mœurs à la saoudienne, mais évidemment pour déshabiller obligatoirement, comme si la liberté ne consistait pas à se vêtir comme on le souhaite. Les gendarmes de Saint-Tropez, version cannoise, poursuivent non les nudistes, mais les porteuses de burkini pour les forcer à se déshabiller.

Après cette mésaventure, les avis sont partagés. Les uns pensent qu’il faut aller jusqu’au bout de l’erreur en légiférant sur un sujet dérisoire mis en valeur par une actualité éphémère, le burkini, et, allant plus loin, comme Marine Le Pen,  en remettant en cause les signes religieux dans l’espace public, y compris ceux qui sont inséparables de notre identité. Difficile à définir, contraire à notre constitution, cette proposition n’est qu’un propos de campagne. D’autres écartent le sujet d’un revers de main et persistent dans leur aveuglement optimiste. La vraie réponse doit s’appuyer sur l’identité, non sur la laïcité, et c’est au peuple de dire ce qu’il est et veut être. La possibilité pour les Français de trancher, comme le font les Suisses, nous mettrait à l’abri des censures du Conseil d’Etat ou du Conseil Constitutionnel. Car c’est bien au niveau de la Constitution qu’il faut supprimer ce qui nous paralyse et nous doter des armes qui peuvent nous libérer. Introduire en France la démocratie directe telle qu’elle existe en Suisse et rappeler que si la France est un pays tolérant et si son Etat est laïque, elle est néanmoins imprégnée d’une tradition chrétienne prééminente, telles sont les solutions qui seraient une révolution salvatrice. La limitation drastique de l’immigration doit évidemment en faire partie.

Source : Christian Vanneste

Publicités

A propos citoyensindignezvous

Que demande un citoyen de la part de ses gouvernants: Qu'ils fassent ce pourquoi ils ont été élus. Un peu de respect et de considération. Hors, aujourd'hui c'est tout le contraire... Alors, oui, je suis indigné!!! Au vu de ce que j'ai découvert depuis que j'ai ouvert ce blog, je suis révolté!!!
Cet article, publié dans ACTUALITE, EVOLUTION, FRANCE, L'ABSURBE DEVIENT LA REGLE, SOCIETE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s