LES SUISSES AUSSI SE FONT BAISER PAR LEURS POLITIQUES

Le peuple suisse, cocu content ?

amis

Après sept heures de débat mercredi le Conseil National a finalement entériné la loi d’application de l’initiative « Contre l’immigration de masse » – une loi tellement vide de contenu que personne, pas même les parlementaires qui l’ont votée, n’ose prétendre qu’elle respecte la Constitution.

Un tel aveu constitue une première. Comme le relevèrent certains UDC à Berne, pareille situation pose la question du serment que prêtent les parlementaires au début de leur mandat, lorsqu’ils jurent de la défendre.

SUISSE.jpg

Selon l’article 121a de la Constitution, la Suisse doit gérer de façon autonome son immigration. Il instaure la préférence nationale en matière d’emploi et des plafonds annuels d’immigration toutes catégories confondues – dont l’asile et le regroupement familial – et enfin, empêche le pays de signer tout traité contraire à ces dispositions. Le peuple suisse connaît bien le texte suite à l’énorme campagne qui eut lieu en 2014 autour de l’initiative contre l’immigration de masse.

A contrario, la loi d’application qui sera prochainement sous toit demande que les offres d’emploi soient publiées aussi auprès des offices régionaux de placement. C’est à peu près tout.

La Constitution avait déjà été allègrement violée au mois de mai lorsque le Conseil Fédéral décida de voter l’extension de la libre-circulation à la Croatie. A cette occasion, il contrevint de façon flagrante et indiscutable à l’article constitutionnel, en plus de renier ses propres engagements du lendemain du 9 février.

L’UDC hurla son indignation dans l’indifférence générale. Avec leur profondeur de réflexion coutumière, les médias se réjouirent de ce cette déconvenue. Le grand public, lui, resta parfaitement apathique. Il n’y avait donc aucun doute que cette entorse à la Constitution ne serait pas unique. Nous en avons un nouvel exemple aujourd’hui. Il sera suivi de beaucoup d’autres.

Écrivons-le en toutes lettres: la Constitution helvétique n’est plus qu’un morceau de papier sans valeur. Un texte inspirant l’action politique, mais de façon abstraite, sans contraintes. Une sorte de feuille de route purement symbolique dont chaque dépositaire de l’autorité – gouvernement, parlement, justice – pourra s’éloigner autant que nécessaire, selon ses objectifs idéologiques et politiques du moment.

Pour la classe politique, les avantages sont immédiats: les initiatives populaires relèvent désormais du folklore. Par exemple, la récente initiative pour la « primauté du droit suisse » sur le serpent de mer du droit international n’a plus aucune raison d’être. Qu’elle soit refusée et on s’en réjouira ; qu’elle soit acceptée et on l’inscrira dans la Constitution avant de l’ignorer royalement.

Les politiciens ne prennent même plus cet air contrit qu’ils arboraient au lendemain d’initiatives populaires gênantes, comme l’internement à vie des criminels dangereux ou l’interdiction pour les pédophiles de travailler avec des enfants. L’expression populaire n’est déjà plus qu’une démonstration d’humeur ponctuelle que seul un crétin, un politicien UDC par exemple, prendrait au sérieux.

Les faits donnent raison à ceux qui méprisent la démocratie directe. Le peuple vote pour des initiatives et élit ensuite des représentants qui les foulent aux pieds. La faute en revient évidemment à la classe politique et aux médias, mais la responsabilité finale incombe indiscutablement aux électeurs qui choisissent d’être cocus.

Les protestataires les plus lucides continueront bien évidemment à se tourner vers l’UDC, la gratifiant d’un ou deux pourcents supplémentaires tous les quatre ans, mais cela n’a guère d’importance. À ce rythme un basculement du rapport de force n’arrivera pas durant ce siècle, la majorité des deux tiers du centre-gauche du Parlement continuant entre-temps à faire comme bon lui semble.

Qui s’avoue réellement surpris par ce qui se passe à Berne? Les signes de cette dérive, nombreux et concordants, s’étalent devant nos yeux depuis des années. L’épisode de l’immigration de masse n’est qu’une étape supplémentaire, médiatiquement porteuse car concernant un sujet qui cristallisa le débat en son temps.

Ce mercredi, malgré un débat-fleuve, la partie était jouée depuis le début. Tous les partis politiques hormis l’UDC choisirent de ne pas prendre le risque de se fâcher avec Bruxelles, de ne pas renégocier le sujet de la libre-circulation avec l’UE, d’ériger les bilatérales en Veau d’or intouchable. L’Union Européenne n’a même pas eu à hausser le ton: les négociateurs helvétiques ont capitulé en rase campagne, avant que le moindre coup de feu ne soit tiré, avant même que l’étendard de l’adversaire ne soit aperçu. Cinglant contraste avec le courage anglais…

En 1992, les Suisses votèrent contre l’adhésion à l’Union Européenne. Depuis ce fâcheux accident, la classe politique travaille à rendre le pays euro-compatible et à lier les mains de ce peuple revêche, redéfinissant la signification de la démocratie directe au besoin. Par habitude, naïveté et pusillanimité, la grande masse des citoyens laisse faire.

On a refusé à la classe politique l’honneur de devenir membre de l’Union Européenne ; elle choisit aujourd’hui d’en devenir l’esclave – et tant pis s’il faut jeter la Constitution aux orties pour cela.

Source : – Sur le Web et sur Lesobservateurs.ch, Stéphane Montabert

Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

 

 

Publicités

A propos citoyensindignezvous

Que demande un citoyen de la part de ses gouvernants: Qu'ils fassent ce pourquoi ils ont été élus. Un peu de respect et de considération. Hors, aujourd'hui c'est tout le contraire... Alors, oui, je suis indigné!!! Au vu de ce que j'ai découvert depuis que j'ai ouvert ce blog, je suis révolté!!!
Cet article, publié dans ACTUALITE, EUROPE, IMMIGRATION, SUISSE, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s