POUR MIEUX COMPRENDRE…

Le cholestérol

 chole.jpg

Ah, ce fameux cholestérol … c’en est devenu une vraie affaire d’état et de lobbies (le contraire serait étonnant). Trop de cholestérol, pas assez, les HDL, les LDL ou encore les VLDL, etc…, ne sont que quelques exemples illustrant à quel point il est facile de remplir une piscine d’eau et de faire nager les gens dedans.

Depuis maintenant cinq décennies, on entend absolument tout et son contraire en matière de cholestérol et beaucoup de gens se perdent dans cet océan de pseudo-informations.

D’un côté, on en fait une tonne sur le cholestérol en disant que c’est dangereux pour la santé, que des maladies cardiovasculaires sont bien plus susceptibles de se produire, que cela obstrue les artères, etc…

Et puis d’un autre côté, on entend que manger des œufs, un peu de beurre, des crevettes, des poissons à l’huile, des fruits de mer, etc… c’est bon pour la santé.

A un moment, il serait temps de savoir ! Il est clair qu’on prend les gens pour des idiots et cela commence à bien faire. En effet, les aliments susmentionnés font partie de ceux les plus riches en cholestérol. Pourtant, il n’est pas rare d’entendre que manger certains de ces aliments peut aider le corps à mieux fonctionner.

Comme vous l’aurez évidemment compris, l’objectif de cet article est d’arriver à discerner le vrai du faux et, surtout, de comprendre toutes les fonctions et conséquences se rapportant au cholestérol.

Qu’est-ce que le cholestérol ?

Avant toute chose, il est nécessaire, fondamental voire même vital de dire que le cholestérol est un élément fort utile et important pour les cellules de l’organisme et même la majeure partie du corps humain. On peut même ajouter qu’il est décisif concernant la production des tissus nerveux, le fonctionnement de la bile ainsi que des hormones.

En moyenne, le corps produit quotidiennement entre 0,5 et 2 grammes de cholestérol, cette quantité variant selon de l’individu et des besoins nécessaires. Le corps d’un être humain adulte a la capacité de produire, par jour, plusieurs centaines de fois plus de cholestérol qu’il n’en absorberait en mangeant 100 grammes de beurre. Selon le Pr Philippe Even, « le cholestérol alimentaire ne joue aucun rôle. Vous pouvez ne pas en prendre du tout, vous pouvez en prendre beaucoup, cela ne change rien du tout ».

Cette synthèse du cholestérol se produit principalement dans le foie et l’intestin grêle. Dans le cadre d’un fonctionnement dit « normal », le cholestérol se voit être directement relâché  dans la circulation sanguine, où il s’associe ensuite aux protéines présentes dans le sang. (Source : le cholestérol – Sciences et Avenir)

Ça y est, on arrive à la partie dont tout le monde à plus ou moins entendu (brièvement) parler un jour ou l’autre.

Ces protéines, généralement appelées lipoprotéines, ont pour rôle de transporter le cholestérol aux différents endroits où il est nécessaire. On distingue trois grands types de lipoprotéines, à savoir :

∴ Les lipoprotéines de très basse densité (VLDL)

∴ Les lipoprotéines de basse densité (LDL)

∴ Les lipoprotéines de haute densité (HDL)

Comparés aux HDL, généralement nommées « bon cholestérol », les VLDL et LDL sont relativement de grandes molécules. Ces deux dernières sont d’ailleurs celles contenant le plus de cholestérol. Toutefois, la grande taille des VLDL et LDL a une raison d’être. En effet, alors que les HDL se faufilent à travers les parois des vaisseaux sanguins, VLDL et LDL doivent rester dans ces mêmes vaisseaux sanguins afin d’être acheminées au foie. (Source : lipoproteins – HDL and LDL)

Les vaisseaux sanguins allant au foie ont une structure assez différente des autres. En effet, ils sont généralement appelés « sinusoïdes ».

Leur structure assez unique, ressemblant à une sorte de grille, permet aux cellules du foie de retenir l’intégralité du sang – et donc son contenu -, y compris les LDL et VLDL. Par la suite, les cellules du foie reconstituent le cholestérol, à partir des grandes molécules de cholestérol retenues, et l’excrètent dans l’intestin grâce à la bile.

Une fois que le cholestérol arrive dans les intestins, il est absorbé par la lymphe et entre dans le sang.

Les problèmes en amont engendrent des problèmes de cholestérol

Dans le cas de calculs biliaires, par exemple, présents dans les voies biliaires du foie, la sécrétion de bile peut alors être interrompue et ces calculs peuvent bloquer les voies « d’écoulement » du cholestérol. Pour ceux qui l’ignorent, les calculs biliaires sont causés par une alimentation riche en sucres et sels raffinés, graisses saturées ou hydrogénées, appauvri en fibres et nutriments, etc… Ils commencent à apparaître lorsque les niveaux de cholestérol dans la bile deviennent plus importants que les niveaux d’acides biliaires.(Sources : cholesterol gallstonesgallstones and gallbladder)

La pression résultant de ce reflux fait intensément diminuer la production de bile. En général, un foie sain produit plus d’un litre de bile par jour. Néanmoins, lorsque les conduits biliaires principaux sont obstrués, la quantité de bile pouvant atteindre les intestins est très réduite. Par conséquent, la majeure partie du cholestérol liée aux VLDL et LDL ne peut être excrétée avec la bile.

Mais cette situation n’est que le début des problèmes. En effet, ces calculs sont susceptibles de déformer les sinusoïdes précédemment évoquées. De surcroît, les dépôts de protéines excédentaires obstruent aussi la grille des vaisseaux sanguins. Si le cholestérol HDL possède effectivement des molécules suffisamment petites pour quitter les voies sanguines par les capillaires, les molécules de VLDL et LDL demeurent prisonnières des vaisseaux sanguins.

Comme vous vous en doutez, ceci entraîne une augmentation de la concentration sanguine en VLDL et LDL, jusqu’à atteindre des niveaux nuisibles pour l’organisme. Toutefois, ce processus est nécessaire et se révèle être un mécanisme de survie du corps. En effet, le ce dernier a besoin d’un surplus en cholestérol pour réparer les nombreux dégâts (fissures et blessures) occasionnées par l’accumulation de protéines dans les parois des vaisseaux sanguins.

Cependant, même si le cholestérol provenant des VLDL et LDL – dit « mauvais cholestérol » – tente de sauver l’organisme en pansant les blessures, il ne peut toutefois pas empêcher la formation de caillots de sang au sein même d’une artère (coronaire, par exemple). Bien entendu, ces caillots nouvellement formés sont ensuite susceptibles d’atteindre le cœur et d’interrompre son apport en oxygène.

De plus, en supplément de cette complication, la sécrétion réduite de bile entraîne un affaiblissement de la digestion. Les graisses sont alors bien moins digérées et le niveau de cholestérol nécessaire au métabolisme des cellules devient insuffisant. Dans la mesure où les cellules du foie ne sont plus assez approvisionnées en VLDL et LDL, cela indique que ces cellules se trouvent en nombre insuffisant dans le sang. Ceci stimule les cellules du foie à accroître la production de cholestérol, et donc la production de VLDL et LDL.

Dès lors, il est évident que le « mauvais cholestérol » se retrouve prisonnier du système sanguin puisque les voies biliaires et les sinusoïdes du foie sont bouchées ou endommagées. Par conséquent, les artères doivent retenir une quantité de cholestérol trop importante, ce qui entraîne progressivement leur rigidité. (Sources : risk factors of gallstoneshigh cholesterol and gallbladderla grande supercherie du cholestérol – Dr M. De Lorgeril)

Le cholestérol, ce lipide tant utile à l’organisme

Si le cholestérol est souvent diabolisé, il faut se rendre compte que cette vision des choses est erronée. En effet, le cholestérol est tout à fait essentiel au fonctionnement du système immunitaire, notamment de part sa réponse au grand nombre de cellules cancéreuses quotidiennes produites par le corps.

Étant donné le nombre important de problèmes de santé liés au cholestérol, il paraît évident qu’il ne faut absolument pas tenter de l’éliminer du corps. Pourquoi un tel constat ? Tout simplement parce que le cholestérol est tout sauf un mal en soi ! L’éliminer artificiellement, en plus d’être très néfaste pour l’organisme, ne résoudrait en rien les problèmes qui ont conduit à son stockage excessif et à sa surproduction.

Rappelons que le « mauvais cholestérol » se colle aux parois artérielles afin d’éviter tout problème cardiaque instantané, et non pas pour les engendrer.

Le corps s’auto-entretien et n’a aucune visée suicidaire. Tous ses processus de défenses ou de réactions n’ont qu’un seul objectif : sauver les cellules et éliminer les corps étrangers ou toxiques de l’organisme.

Le « mauvais cholestérol » sauve des vies et n’est aucunement une substance toxique pour l’organisme, bien au contraire. Par exemple, le LDL a pour fonction de faire s’écouler le sang dans les vaisseaux sanguins endommagés. Le lien entre les maladies coronariennes et un taux élevé de LDL n’a jamais été prouvé et n’a aucun fondement scientifique. Cette théorie absurde a mené les gens à croire que le cholestérol soit néfaste pour l’organisme et qu’il doive absolument être éliminé. La théorie selon laquelle le cholestérol est source de maladies cardiaques est également absurde.

Si des dizaines d’études ont tenté de prouver l’existence de cette relation, entre cholestérol et maladies cardiaques, la seule corrélation qui est apparue est une corrélation statistique logique entre le cholestérol et les maladies cardiaques. En effet, si les VLDL et LDL n’étaient pas présents dans les artères blessées, alors on dénombrerait des millions de décès par crise cardiaque.

D’une part, nombre d’études ont prouvé que le risque de maladies cardiaques est accru lorsque le taux de HDL diminue. Il est donc bien plus raisonnable de comprendre les mécanismes maintenant le taux de HDL à un taux suffisant que d’empêcher la production de cholestérol dans le foie, ce qui causerait la destruction de cet organe plus qu’essentiel.

D’autre part, un taux de cholestérol LDL élevé n’est en aucun cas une cause de maladies cardiaques. Il est cependant la conséquence d’un foie totalement congestionné ainsi que d’une alimentation et d’un mode de vie déséquilibrés. (Sources : la grande supercherie du cholestérol – Dr M. De Lorgerill’escroquerie des statines – Dr D. Lundelll’arnaque du cholestérol – Pr P. Even)

Ah oui, dernier petit conseil pour ceux qui sont traités avec des statines. Arrêtez tout ! Vous ne vous en porterez que mieux.

 Ainsi, il est nécessaire de comprendre que la capacité du corps à digérer et utiliser les lipides dépend de conduits biliaires sains et dégagés. Dès lors que le flux de bile est équilibré et qu’il n’est pas perturbé par des calculs, le taux de HDL et de LDL sont tout à fait équilibrés. Il est donc évident que des conduits biliaires sains et libres sont la seule et unique option à envisager pour empêcher tout problème artériel ou de cholestérol, et donc éviter les risques de crise cardiaque.

Un article sera prochainement consacré à l’amélioration de l’état des conduits biliaires.

 A bientôt

Source : L’alimentation intelligente

Publicités

A propos citoyensindignezvous

Que demande un citoyen de la part de ses gouvernants: Qu'ils fassent ce pourquoi ils ont été élus. Un peu de respect et de considération. Hors, aujourd'hui c'est tout le contraire... Alors, oui, je suis indigné!!! Au vu de ce que j'ai découvert depuis que j'ai ouvert ce blog, je suis révolté!!!
Cet article, publié dans ACTUALITE, PHARMACEUTIQUE, SANTE, SANTE PUBLIQUE, SOCIETE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s