QU’ILS DONNENT D’ABORD L’EXEMPLE

L’État doit laisser les automobilistes tranquille et appliquer la tolérance zéro pour les racailles

80

Fort avec les faibles et faible avec les forts, l’État met en colère la police, les automobilistes et toute une nation, excédée par l’injustice.

Comment peut-on demander à des automobilistes de rouler toujours moins vite et de payer toujours plus, alors qu’ils ont besoin de leur voiture pour travailler ou partir en vacances avec leurs petites économies ?

Comment expliquer qu’il faut faire des sacrifices quand les pouvoirs publics refusent de faire preuve d’autorité pour mettre fin aux zones de non-droit, à l’insécurité qu’encourent les citoyens et les policiers au quotidien et à l’immigration massive qui sous-tend ces phénomènes de tensions de plus en plus graves ?

Aujourd’hui, nous soutenons les manifestations de colère de notre police, partout en France. Il faut que l’État joue pleinement son rôle dans sa mission d’assurer l’unité et la sécurité nationale. Il faut que la Justice soit exemplaire dans sa fermeté, sans quoi les événements de Champigny et d’Aulnay- Sous-Bois seront amenés à se répéter sans cesse.

A contrario, nous refusons que les automobilistes deviennent des contributeurs à part entière d’un État endetté et toujours plus oppressant.

Christelle Lechevalier Députée française au Parlement européen Conseillère régionale FN de Normandie

Source : guillaume4v

ET QUAND L’EXEMPLE VIENT D’EN HAUT…

Pendant ce temps L’autre Pétassoïde Conassiforme … Y a une justice quelque part ! Ça va faire plaisir à beaucoup

Pauvre Anne, ça c’est bête alors !

Et dire qu’elle a plaidé pour baisser la vitesse de 80 à 70 !!!

Sans parler du 30 km/h en prévision intra-muros, et de l’interdiction des véhicules diesel…

anne.JPG

Moi, ça me fait pleurer !!!

 

 

 

 

 

Publicités
Publié dans ACTUALITE, SECURITE ROUTIERE, SOCIETE | Tagué , , , | Laisser un commentaire

LE NIVELLEMENT PAR LA MÉDIOCRITÉ

001.jpg

Source/ Midi libre édition du 31 12 2017

Voir aussi : https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2017/01/22/on-nous-lobotomise-on-nous-lave-le-cerveau/

Publié dans ACTUALITE, EDUCATION NATIONALE, EVOLUTION, L'ABSURBE DEVIENT LA REGLE, SOCIETE | Tagué , , | Laisser un commentaire

UNE MÉTHODOLOGIE OBSOLÈTE ?

« Ne donnez plus au Téléthon » : l’étonnante vidéo d’une myopathe

Pascaline Wittkowski, atteinte de dystrophie musculaire, refuse que des expérimentations soient pratiquées sur des animaux. Elle réclame d’autres méthodes.

« Si vous voulez vraiment aider les malades, ne donnez plus au Téléthon. »

Cette phrase ne barre pas la une du dernier « Charlie Hebdo » : c’est un appel tout à fait sérieux lancé par Pascaline Wittkowski ce jeudi 7 décembre, la veille de l’édition 2018 du Téléthon. Et la parole de cette quinquagénaire habitant Le Havre est investie d’un poids particulier.

Car Pascaline Wittkowski est atteinte depuis quarante ans d’une dystrophie musculaire, l’un des maux contre lequel le Téléthon récolte justement des fonds. Elle se déplace en fauteuil roulant et n’a aucune autonomie des membres supérieurs.

Dans une vidéo rendue publique par l’association de défense des animaux Peta France, elle dépeint les deux sentiments qui l’ont poussée à s’exprimer : la désillusion, parce qu’aucun traitement majeur contre la myopathie n’a été mis au point après des décennies de recherche scientifique ; la colère, parce que des millions d’animaux ont subi de la vivisection dans les laboratoires. « Pour rien » :

« Tant de recherches, aucune guérison. Pourquoi ? Tout simplement parce que je ne suis pas un chien. »

Ainsi, explique-t-elle, toutes les recherches de traitement contre la myopathie sont fondées sur des expérimentations pratiquées sur des chiens, des souris, des singes… Autant de créatures physiologiquement trop éloignées de l’humain pour donner des résultats concluants.

« Insoutenable massacre »

Voilà ce qui expliquerait, dit-elle à « L’Obs », que les avancées scientifiques sur la myopathie soient « un gâchis de temps, d’argent et d’espoir » pour les donateurs, les scientifiques et les malades.

« Et un insoutenable massacre d’animaux. Moi, je n’ai jamais demandé qu’on torture pour que je remarche, jamais ! Et je réclame à la communauté scientifique que cela cesse. »

Le point de vue défendu par Pascaline Wittkowski peut paraître iconoclaste, voire provocateur. En réalité, il fait écho aux campagnes de nombreuses associations de défense des bêtes, comme Antidote Europe, proche de Peta France. André Ménache, son directeur :

« La communauté scientifique a fait un choix culturel à la fin du XIXe siècle d’expérimenter sur des animaux, parce qu’elle était convaincue que les similitudes entre les espèces animales et l’humain étaient plus importantes que ce qui les différencie. Un foie de chien n’était grosso modo qu’un foie d’humain en taille réduite. On sait aujourd’hui que c’est faux, alors pourquoi s’obstiner ? C’est comme si, pour guérir une girafe, on expérimentait sur un perroquet ! »

Et l’ancien vétérinaire de donner cette statistique :

« Selon la Food and Drug Administration [l’administration de la santé américaine, NDLR], neuf molécules qui ont réussi sur des animaux échouent une fois testées sur l’humain. 10%, c’est plus faible que de tirer à pile ou face ! »

Meilleure volonté du monde

Alors que faire? Cesser toutes les recherches ? Ce que défendent Antidote Europe, Peta France et Pascaline Wittkowski, c’est de développer des méthodes alternatives respectueuses des animaux, notamment des expérimentations humaines.

« Il faudrait tester les traitements de manière très encadrée sur des personnes déjà malades, ou bien utiliser des tissus ou des cellules d’humains, insiste André Ménache. Ces méthodes sont désormais bien maîtrisées, même si elles restent perfectibles. Leurs résultats sont plus fiables, en tout cas, que ce qui se pratique actuellement. »

Le problème, c’est que dans toute l’Europe, les réglementations imposent, pour obtenir une autorisation de mise sur le marché d’un médicament, que le fabriquant démontre les effets de ses molécules sur un rongeur et un non-rongeur. Il n’est donc légalement pas possible, avec la meilleure volonté du monde, de se passer de tests animaux.

Ce que tient d’ailleurs à souligner l’AFM-Téléthon, l’association organisatrice de la grand-messe caritative : dans un communiqué, celle-ci rappelle que la recherche animale est une « obligation réglementaire, strictement encadrée par des règlements européens et français ».

Cosmétiques : recherche idées pour lutter contre les tests sur les animaux

Méthodologie efficace

Une obligation qu’elle qualifie, du reste, de « nécessité scientifique » :

« Les modèles animaux sont ceux qui sont au plus proche du modèle humain. Les études sur les cellules ou les modèles informatiques ne peuvent à ce jour remplacer l’observation dans un organisme complet vivant. […] Aucune autre méthodologie efficace n’existe pour mettre au point les médicaments dont nous avons tous besoin ! »

Une position faisant écho à celle exprimée par la prix Nobel de médecine 2008 Françoise Barré-Sinoussi, qui estime (en PDF) que « les modèles animaux sont essentiels à la recherche biologique. »

Le débat ne fait que commencer.

Source : L’obs/Arnaud Gonzague

 

Publié dans ACTUALITE, SANITAIRE, SANTE | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

MEILLEURS VŒUX À TOUS

voeux.JPG

À tous ceux qui portent un intérêt au blog de citoyen indigné, peu ou prou, Je souhaite une bonne année 2018. Qu’elle vous apporte tout ce que vous pouvez souhaiter de meilleur. Bonne fin 2017 et à l’année prochaine

Publié dans ACTUALITE | 1 commentaire

ON N’A PAS CE QU’IL FAUT…

La guerre civile en France n’aura pas lieu

Un livre est paru voici peu, et porte un titre explicite : « Partition ». Son auteur, Alexandre Mendel avait déjà publié un livre sur un thème identique : « La France djihadiste ». Il avait déjà procédé à une enquête : il approfondit et donne ici davantage de détails.

Il existe, de fait, deux peuples qui se partagent désormais le territoire français.

L’un est composé de gens qu’on appelle souvent, faute d’autre mot, « Français de souche ».

Ses membres ont des origines ethniques et géographiques parfois très différentes, ils ne sont pas tous en France depuis plusieurs générations, ils n’ont pas tous la même religion et, pour un nombre certain d’entre eux, n’ont pas de religion du tout, mais ils ont quelque chose en commun : ils ne sont pas musulmans.

L’autre peuple est composé de gens qui ont, eux aussi, des origines ethniques et géographiques souvent différentes, et, pour certains, sont en France depuis longtemps, mais ils ont eux aussi quelque chose en commun : ils sont musulmans.

Certains musulmans vivant en France sont intégrés et ont acquis des valeurs qui les rapprochent de la civilisation occidentale.

Une part croissante des musulmans vivant en France ne sont pas intégrés, et sont hostiles à la civilisation occidentale.

Tous les musulmans hostiles à la civilisation occidentale ne deviennent pas djihadistes, mais la plupart d’entre eux se refusent à critiquer les djiahdistes, et vivent selon un système de valeurs incompatible avec la vie dans une société occidentale.

Ils vivent, dès lors, à part, de plus en plus nettement.

Il existe, en conséquence, en France près de six cents quartiers que les autorités appellent hypocritement « zones urbaines sensibles », mais qui peuvent être décrites de manière plus adéquate par l’expression « zones de non-droit » – impliquant que les lois françaises ne s’y appliquent pas, que la police n’y entre que lorsqu’elle ne peut pas faire autrement, et sous la forme de patrouilles menant des actions de commando.

Les ambulances elles-mêmes n’entrent dans ces quartiers qu’avec d’infinies précautions, tout comme les véhicules de pompiers : les zones de non-droit sont concrètement des territoires en état de sécession.

Le statut des non musulmans y est, de fait, le statut appelé statut de dhimmi dans le monde musulman : statut de personnes inférieures, susceptibles d’êtres harcelées, voire rançonnées.

Les femmes y vivent comme les femmes vivent dans le monde musulman et ont intérêt à pratiquer la pudeur telle qu’elle se pratique dans le monde musulman.

La plupart sont voilées, certaines intégralement, et celles qui ne le sont pas risquent le viol.

L’islam étant ce qu’il est, existent dans ces quartiers des librairies où se vendent des livres appelant les musulmans à vivre de manière séparée et des mosquées où se tiennent des discours susceptibles de fournir des recrues au djihad.

Comme le note Alexandre Mendel, confirmant ainsi ce qui se trouve dans le livre publié voici peu par Georges Bensoussan, « Une France soumise » : « les territoires perdus de la République sont devenus des territoires abandonnés à l’islamisme », et « de véritables petits califats se sont établis ».

L’islam étant ce qu’il est, les petits califats gagnent progressivement du terrain.

Les prières de rue existent toujours, bloquent la circulation, imposent la fermeture aux commerces dans des quartiers qui ne sont pas encore zones de non-droit : la différence avec ce qui se passait il y a quelques années est qu’on n’en parle plus guère dans les journaux.

Il en est ainsi parce qu’une censure qui ne dit pas son nom est à l’œuvre.

Ceux qui se risquent encore à dénoncer le désastre qui vient parlent d’« islamisme », ou d’« islam radical », pour ne pas utiliser directement le mot « islam », et s’empressent d’ajouter qu’islamisme ou islam radical n’ont rien à voir avec l’islam, ce qui équivaut à nier la réalité même de l’islam.

Cette censure qui ne dit pas son nom est un signe de soumission. Les dirigeants politiques français sont eux-mêmes tous, à des degrés divers, dans des postures de soumission.

Quelques auteurs parfois disent s’attendre à une guerre civile. Il faut leur répondre que la guerre civile en France n’aura sans doute pas lieu. Le plus vraisemblable est que le peuple non musulman baissera la tête. Il est déjà en train de baisser la tête. Je le note avec tristesse, mais je dois le noter.

Source : Millière Guy / 4 vérités

 

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Voici revenu le temps des imposteurs 9,90€ AJOUTER AU PANIER

Partition 17,00€ AJOUTER AU PANIER

La France djihadiste  18,00€ AJOUTER AU PANIER

Georges Bensoussan

La France soumise 24,90€ AJOUTER AU PANIER

 

Publié dans ACTUALITE, FRANCE, ISLAM, POLITIQUE, SOCIETE | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

C’EST PAS DE CHEZ NOUS !!!

Je ne suis pas Anti américain, j’aime l’Amérique si elle me fout la paix. Mais l’Amérique avec un grand « A » a des visées hégémoniques sur le monde, c’est plus fort qu’elle. Ses dirigeants ne peuvent s’empêcher de vouloir nous aligner sur eux. Mais moi

traditions

Je ne dis pas qu’il doit rester figé, non, il doit évoluer dans le respect de ce qui est au-dessus et, de sa spécifité, de son identité.. . ca doit être possible, non ?

 « Appel à la grève !! Halloween, Black Friday, ces fêtes de la consommation que vous devez célébrer ! »

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Suis-je américain ?

NON.

Est-ce mal, est-ce bien ? Ce n’est ni l’un ni l’autre, ni bien ni mal, je vous le concède, je ne suis pas américain.

Je ne suis pas américain, et je ne fête pas Thanksgiving.

DINDE.JPG

Thanksgiving, ou comment remercier ceux qui vous ont sauvé en les massacrant tous…

Un poil d’histoire, je cite, histoire de remettre l’histoire, la Grande, dans le bon sens. « En 1620, une centaine de dissidents anglais, nommés Pères pèlerins, débarquent du Mayflower dans la baie de Plymouth au Massachusetts. Ils y fondent la colonie de Plymouth et la ville éponyme. Mais les débuts de la colonisation furent difficiles et la moitié des arrivants périrent du scorbut.

Les survivants ne durent leur salut qu’à l’intervention d’un autochtone nommé Squanto qui, avec l’aide de sa tribu, les Wampanoags, leur offrit de la nourriture, puis leur apprit à pêcher, chasser et cultiver du maïs »…

S’ils avaient su l’avenir funeste qui les attendait, sans doute auraient-ils laissé crever de faim cette poignée de colonisateurs futurs éradicateurs des Amérindiens. Mais je ne suis pas là pour faire le procès des Américains.

C’est juste que je ne suis pas américain, et que fêter le Black Friday, c’est-à-dire un jour de promotion le lendemain d’une fête qui me concerne pas pour acheter des trucs dont je n’ai pas besoin avec de l‘argent que je n’ai pas et fabriqué par des petits Chinois forts sympathiques mais qui sont bien loin de chez moi, me laisse très froid.

Capture

Halloween et les morts-vivants et la chasse aux bonbons…

Nous avons une fête chez nous, elle s’appelle la Toussaint. Bon, certes, pour le marketing, ce n’est pas génial car les seuls produits dérivés que l’on propose à la Toussaint, c’est les cierges pas cher premier prix de l’église, quelques messes (toujours aussi rasoir de façon générale) et quelques pots de chrysanthèmes.

Bref, la Toussaint, c’est un tue-PIB, que dis-je, un tue-croissance…

Du coup, Halloween, pour les commerçants, c’est nettement mieux.

On vous vend plein de bonbons dégueux et chimiques, mais aussi plein de trucs inutiles pour les gamins, allant des masques en plastique aux déguisements… Le totalitarisme marchant vous remercie et en profite pour vous faire un peu plus les poches avant Noël.

Bande de con-sommateurs !

Dans le monde actuel, votre acte d’achat est un acte de vote.

N’achetez pas et… cela ne se vend pas.

Malgré les promotions, malgré les publicités reçues, matraquées, répétées, je ne participerai pas à ce Black Friday que l’on cherche à m’imposer.

Comme je vous le disais, je ne suis pas américain.

Et je ne veux pas devenir américain. Je suis profondément pour la diversité. Et la diversité c’est des Américains d’Amérique américanisés avec leur culture, et des Français, des Polonais, des Italiens, des noirs, des blancs, des jaunes et des cultures et des traditions différentes !

En réalité, le totalitarisme marchand exècre la diversité. Il ne voudrait qu’une seule et unique culture, celle de la con-sommation comme unique horizon d’épanouissement et de bonheur.

J’ai une autre vision de l’homme, du monde et l’humanité.

Nous méritons tous beaucoup mieux.

Alors, je ne sais pas pour vous, mais moi, le Black Friday, je ne mettrai pas les pieds dans un magasin, et pas une souris sur un site Internet, car je ne sais pas si je vous l’ai dit, mais je ne suis pas américain et je refuse d’être réduit à un simple rang de con-sommateur.

D’ici-là, nous aurons droit aux images pathétiques d’un monde à la dérive, aux bousculades d’abrutis, aux chutes des imbéciles, à ces ruades de crétins déifiés sur l’autel de la consommation, où le supermarché devient le temple, l’église de la seule religion célébrée. Un monde où ne brille plus l’intelligence.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Source: Charles SANNAT

Ce qu’il y a de détestable dans ce vendredi noir

Hier, s’est terminée cette célébration commerciale anglo-saxonne qui a envahi nos enseignes, les publicités et les réseaux sociaux. Certains notent que cela peut représenter un gain de pouvoir d’achat bienvenu à cette période de l’année. Mais je persiste à penser que c’est un raisonnement malheureusement trop partiel, outre tous les aspects culturels détestables de cet « événement ».

FOLIE

Le pire de la globalisation marchande ?

Le monde réuni dans une fête des achats en anglais dans le texte : voilà ce que représente ce vendredi noir. Avant de revenir sur son impact sur les inégalités, comment ne pas se désoler de cette inondation de slogan anglais ? N’aurait-il pas été aussi simple de parler de « vendredi noir » ou même de « promotion du vendredi » ? En outre, je reste mal à l’aise face à cette communion consumériste mondiale alors même que les inégalités et les profits des entreprises sont au plus haut, que les classes populaires sont déclassées, et que cette consommation parfois effrénée épuise notre planète au-delà du raisonnable, sans le moindre souci de notre avenir et du caractère durable de ce mode de vie.

Que l’humanité se rassemble pour célébrer des soldes marchandes donne un peu le vertige sur ce qu’est devenue notre société aujourd’hui. La seule chose qui nous rassemblerait, ce serait donc des soldes ? N’y aurait-il pas des valeurs un peu plus nobles qui pourraient être célébrées ? Au moins Noël a une dimension culturelle et familiale. Bien sûr, certains soulignent que ce produit d’importation étasunien apporte un pouvoir d’achat bienvenu pour les classes populaires et ceux qui ont peu de moyens, qui peuvent avoir du mal à comprendre les réticences de personnes qui n’ont pas ces problème face à cette gigantesque opération commerciale et ses apparentes bonnes affaires.

Alors bien sûr, certains produits sont vendus moins cher que d’habitude. Mais d’abord, les promotions sont de plus en plus courantes, ce qui relativise les offres de ce vendredi noir, même s’il tombe bien, à moins d’un mois de Noël. De plus, certaines promotions sont en trompe-l’œil : il suffit de gonfler artificiellement le prix de départ pour donner l’impression de faire une affaire. Ensuite, la part des profits dans le PIB est à des sommets, ce qui relativise l’attrait des promotions par rapport aux vrais prix de revient. Enfin, on peut aussi craindre que les produits d’importation représentent une part disproportionnée de ces offres, qui pourraient bien creuser le déficit commercial et donc nous appauvrir.

Cela est d’autant plus possible que cette course aux prix bas des classes populaires appauvries est un cercle vicieux redoutable, un cannibalisme économique inconscient. En effet, quand les consommateurs appauvris cherchent des prix bas, cela pousse les entreprises à délocaliser pour baisser leurs coûts et garder leur clientèle, détruisant des emplois et renforçant le rapport de force en faveur des entreprises, ce qui contribue plus encore à les appauvrir. Aucune culpabilisation ici : quand on a du mal à joindre les deux bouts, il est logique de chercher le moins cher. Malheureusement, cela entretient le cercle vicieux de déclassement des classes populaires des pays développés.

C’est ce que décrivait Jacques Généreux dans « La dissociété » : les méfaits de l’ultralibéralisme qui le nourrissaient. Pour cela, et tous les aspects culturels, ce vendredi est bien noir pour moi, et beaucoup, comme le rapporte Ouest France. La personne morte à New York, piétiné lors les soldes il y a 9 ans n’est-elle pas une allégorie de ce que représente ce vendredi noir ?

Source Blog gauliste

Note de citoyen indigné :

moutons

Et n’oubliez pas que la volonté hégémonique américaine n’est pas une vue de l’esprit …

Voir dans la rubrique hégémonie américaine https://uncitoyenindigne.wordpress.com/page/3/?s=h%C3%A9g%C3%A9monie+am%C3%A9ricaine

https://uncitoyenindigne.wordpress.com/?s=PRISM

 https://uncitoyenindigne.wordpress.com/?s=RIVKIN

 

Publié dans ACTUALITE, FRANCE, SOCIETE | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

ÇA VA DURER LONGTEMPS ?

DE FAIRE SEMBLANT DE NE PAS ENTENDRE, DE NE PAS VOIR…

 15.000 scientifiques alertent sur l’état de la planète

«Nous mettons en péril notre avenir»

 

Dans un appel publié par la revue Bioscience et relayé en français par Le Monde, 15.000 scientifiques de 184 pays soulignent l’état alarmant des indicateurs de l’état de la planète et appellent à agir concrètement contre «une souffrance généralisée et une perte catastrophique de biodiversité».

Nous avons un «impératif moral» à agir sans tarder contre le «péril» qui menace l’avenir de notre planète sur le plan écologique. Ce constat alarmiste est celui de 15.000 scientifiques indépendants, signataires d’un «Avertissement à l’humanité» publié lundi dans la revue scientifique Bioscence .

Les scientifiques, originaires de 184 pays différents, entendent interpeller spécialistes, décideurs et grand public. Ils s’inscrivent pour cela dans la lignée d’un premier appel, publié en 1992 et signé par plus de 1700 scientifiques. Ces personnalités reconnues alertaient alors sur le «changement profond dans notre gestion de la Terre» qu’il était «indispensable d’opérer» pour la préserver.

Vingt-cinq ans plus tard, les 15.000 signataires de ce nouvel état des lieux, publié en français dans Le Monde , jugent qu’il est temps de «se remémorer» les mises en garde de leurs aînés et «d’évaluer les réponses que l’humanité a apportées» à cet appel. Depuis 1992, «non seulement l’humanité a échoué à accomplir des progrès suffisants pour résoudre ces défis environnementaux annoncés, mais il est très inquiétant de constater que la plupart d’entre eux se sont considérablement aggravés», regrettent les scientifiques, parmi lesquels figurent des biologistes, physiciens, chimistes ou encore spécialistes du climat. Ils s’appuient, pour ce constat, sur les indicateurs utilisés en 1992 -ressources en eau, déforestation, hausse des températures…- et mis à jour avec les données récentes.

Pointant les conséquences de l’augmentation du volume des gaz à effet de serre, de la déforestation et de la production agricole, les signataires soulignent par ailleurs qu’un «phénomène d’extinction de masse» est en cours, qui pourrait déboucher sur la disparition de plusieurs formes de vie. «L’humanité se voit aujourd’hui adresser une seconde mise en garde», résume le texte. «Nous mettons en péril notre avenir» en ne prenant pas conscience de certaines problématiques, à commencer par «notre consommation matérielle intense» et la croissance démographique mondiale «rapide et continue», ou encore l’échec à enrayer la pollution et à protéger les habitats naturels. «L’humanité omet de prendre les mesures urgentes indispensables pour préserver notre biosphère en danger», résume le texte.

Mêler les actions individuelles à une pression sur les pouvoirs politiques

Capture.JPG

«Les responsables politiques étant sensibles aux pressions, les scientifiques, les personnalités médiatiques et les citoyens ordinaires doivent exiger de leurs gouvernements qu’ils prennent des mesures immédiates», affirment les signataires, invitant à mettre en place «une pression de la société civile» et des campagnes rodées fondée sur «des preuves, un leadership politique et une solide compréhension des instruments politiques, des marchés et d’autres facteurs».

Outre la nécessaire action des politiques, «il est également temps de réexaminer nos comportements individuels», que ce soit «en limitant notre propre reproduction» ou «en diminuant drastiquement notre consommation par tête de combustibles fossiles, de viande et d’autres ressources». Pour les scientifiques, «il s’agit là d’un impératif moral vis-à-vis des générations actuelles et futures des êtres humains et des autres formes de vie.»

Des preuves existantes d’une action possible

Capture 2

Pour les scientifiques, plusieurs éléments montrent que «nous sommes capables d’opérer des changements positifs quand nous agissons avec détermination». La diminution rapide des substances néfastes pour la couche d’ozone, la lutte contre la famine et l’extrême pauvreté, ainsi que la baisse du taux de fécondité dan plusieurs zones ou du rythme de la déforestation, sont autant de signes que «nous avons beaucoup appris».

Ces avancées «loin d’être satisfaisantes» doivent déboucher sur de nouvelles mesures. Le texte liste ainsi plusieurs exemples de «mesures efficaces et diversifiées que l’humanité pourrait prendre». Parmi elles, protéger ou «ré-ensauvager» des régions afin de préserver la diversité des habitats et des espèces et «rétablir des processus écologiques», réduire le gaspillage alimentaire, privilégier une alimentation d’origine végétale, consommer des énergies «vertes» en diminuant la part des combustibles fossiles, développer des technologies vertes, ou encore aborder la question de la taille de la population humaine.

À l’image du constat, la conclusion est sans concession: «Il sera bientôt trop tard pour dévier de notre trajectoire vouée à l’échec, et le temps presse.» Afin d’«éviter une souffrance généralisée et une perte catastrophique de biodiversité», nos pratiques doivent changer, insistent les signataires. Et selon eux, cela passe par une prise de conscience: celle que «la Terre, avec toute la vie qu’elle recèle, est notre seul foyer».

La rédaction vous conseille

Source :    Le figaro.fr

 

Publié dans ACTUALITE, BIODIVERSITE, CATASTROPHE, ECOLOGIE, ENVIRONNEMENT, HUMANITE, L'HOMME, OCEANS, PLANETE, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Tagué | Laisser un commentaire

LA FRANCE SE DÉLITE

Est-ce encore la France ?

Dans la nuit du 11 au 12 novembre, dans plusieurs métropoles européennes, tout spécialement à Bruxelles et à Paris, des immigrés d’origine marocaine ont fêté à leur manière la qualification de « leur » équipe pour le « Mondial » de football de 2018.

En d’autres temps, on aurait parlé d’émeutes. Aujourd’hui, on parle de « liesse populaire ».

Des hordes de centaines de « jeunes » ont ainsi pris le contrôle des Champs-Élysées, qui avaient été pour l’occasion bloqués à la circulation.

En tout cas, ladite « liesse » va coûter une petite fortune aux contribuables et aux assureurs, si j’en juge par la « chaude ambiance » dont témoignent de multiples vidéos sur les réseaux sociaux.

Que des personnes d’origine marocaine préfèrent apprendre la qualification de l’équipe du Maroc que celle de Côte-d’Ivoire, je peux le concevoir.

Mais qu’en France, la victoire (ou la défaite, d’ailleurs) d’une équipe étrangère se termine systématiquement par des violences, toujours minimisées par les pouvoirs publics et les médias, c’est pour moi tout simplement incompréhensible.

Au strict minimum, cela laisse supposer que l’attachement national de ces « jeunes » à la France n’est pas forcément très solide – moins que l’attachement au pays d’origine.

Les hasards du calendrier ont fait que ces émeutes ethniques se sont déroulées le lendemain d’une manifestation d’élus de droite contre les prières de rue d’islamistes à Clichy.

Ces prières de rue appellent – à quelques kilomètres à peine du cœur de Paris ! – à l’assassinat des « mécréants ».

Le maire LR de la ville exige qu’elles cessent. Mais rien n’y fait. De semaine en semaine, l’impuissance publique se manifeste plus clairement.

Le 10 novembre donc, plusieurs élus LR, dont la présidente de la région Valérie Pécresse (que l’on peut difficilement soupçonner d’être de « droite dure » !), protestaient contre cette occupation illégale de l’espace public par les salafistes.

Que croyez-vous qu’il arriva ?

Les médias bien-pensants dénoncèrent un « coup de force des élus » et une « récupération de l’extrême droite ».

C’est-à-dire que, dans la France d’aujourd’hui (mais est-ce encore la France ?), des émeutes ethniques sont une « liesse populaire » et le refus d’une occupation illégale et haineuse de l’espace public est un « coup de force ».

Tant que les Français accepteront cette radicale inversion du sens des mots, et ce fanatisme anti-français des « élites », la descente aux enfers continuera.

Espérons du moins que cette manifestation marque le réveil de l’ex UMP sur cette question cruciale pour notre avenir !

Source : Journal les 4 vérités/ Rouxel Jean

Note de Citoyen Indigné : Voilà comment on déforme la réalité, comment on déforme les mots, les faits, comment on nous fait voir les évènements à travers un prisme déformant, comment on annihile notre pensée, notre  sens de l’observation, de la réflexion, comment on nous dirige de force vers ce qui doit être perçu, compris, accepté de gré ou de force. Les arcanes de l’hégémonie sont puissants…

Tapez échauffourées sur les champs Elysées, je n’ai trouvé que cette vidéo. Sinon les médias parlent effectivement de liesse…Il n’ya que les médias belges qui relatent des émeutes et de gros dégâts chez eux…

Émeute paris après match Maroc Cote d’ivoire

 

Publié dans ACTUALITE, EMEUTES, FAITS DIVERS, FRANCE, ISLAM, SOCIETE | Tagué , | 1 commentaire

LA FRANCE SE DÉLITE…

la France, pays a la dérive

Je me suis rendu voici peu à Paris, où je n’étais pas allé depuis seize mois, et ce que j’ai vu m’a serré la gorge et donné les larmes aux yeux.

Ce n’était pas très différent de ce que j’avais quitté quand je suis parti, mais c’était pire.

L’aéroport de Roissy est de plus en plus mal entretenu et ressemble à l’aéroport d’un pays du tiers-monde – encore que je connaisse des aéroports du tiers-monde qui ont meilleure allure. À la sortie, j’ai retrouvé l’asphyxie de la circulation que je ne connais que trop bien, en plus grave.

INTEMPERIE-TRANSPORT-NEIGE-AVIATION

J’ai songé, une fois de plus, que, dans un pays censé être une démocratie, le gouvernement devrait veiller à ce que les habitants puissent chercher librement le bonheur et je me suis dit à nouveau que la France était un pays où, comme en Union soviétique autrefois, le gouvernement cherche plutôt à créer le malheur, le souci, l’oppression.

J’ai songé un instant à louer une voiture, mais j’ai renoncé : je ne pouvais ignorer que je serais confronté sans cesse à des embouteillages délibérément fabriqués.

J’ai regardé ceux qui m’entouraient et j’ai vu de la tristesse sur nombre de visages, de l’irritation, et de l’énervement dans les gestes. Je n’en ai pas été surpris, hélas.

J’aurais pu prendre le métro, mais je savais que, voici peu, deux hommes avaient été poignardés par un autre homme qui criait « Allahou Akbar » (mais qui, bien sûr, était juste un malade mental). J’ai donc pris un taxi. Je savais que je n’échapperais pas aux embouteillages, mais je n’aurais au moins pas à me garer. Je savais que j’allais payer cher, mais que ce n’était pas la faute du chauffeur.

Je n’ignore pas, depuis longtemps, que tout ce qui doit être versé à l’État augmente tous les prix et que, dès lors, si les prélèvements obligatoires en France s’élèvent en moyenne à 57 %, quiconque gagne correctement sa vie en France verse, si l’on ajoute impôts et taxes multiples, bien davantage.

Je n’ignore pas non plus que cela accroît la pauvreté et que le nombre de pauvres en France ne cesse d’augmenter.

J’ai pu le constater jusqu’à l’obscénité : la pauvreté n’est pas visible partout, mais elle est désormais flagrante dès qu’on quitte les beaux quartiers.

J’ai pu voir le long de l’autoroute, alentour de la porte de la Chapelle, au bord du boulevard périphérique, de véritables bidonvilles faits de tôle et de planches bâtis par les migrants que la police est parfois chargée de déplacer, mais qui reviennent inlassablement.

bidon.jpg

J’ai constaté que l’islamisation était plus flagrante que jamais : les femmes portant le voile sont plus nombreuses, les hommes en djellaba aussi.

Je n’étais pas à Paris lors des récentes manifestations, mais ce que j’ai vu en photo des manifestations m’a semblé pathétique. Comment peut-il y avoir encore des adhérents à la CGT (et à tout autre syndicat français d’ailleurs) ?

Je sais depuis des années que des casseurs utilisent les manifestations pour commettre des actes de vandalisme, et j’ai pu observer le long du parcours traditionnel République-Bastille, des magasins et des banques dont la façade était couverte de plaques de bois en attendant que vienne le vitrier.

J’ai entendu à nouveau en direct, et non de l’étranger, les « informations » à la radio, et j’ai pu constater, une fois de plus, que les « informations » en France ont elles-mêmes une dimension soviétique.

Je me suis souvenu de ce que me disait un dissident qui avait pu quitter Moscou, il y a une trentaine d’années, et qui, comprenant le français, m’avait dit que la population russe avait plus de chance que la population française : en Union soviétique, m’avait-il expliqué, il y avait une seule « Pravda » et ceux qui la lisaient ou qui écoutaient son équivalent radiophonique savaient que rien de ce qui était écrit ou dit n’était vrai. En France, avait-il ajouté, il y a plusieurs « Pravda » et nombre de gens pensent qu’elles disent la vérité.

Je vis désormais dans un pays qui n’est pas parfait, mais où il reste tout un ensemble de libertés qui ont disparu en France.
J’aimerais regretter d’être parti. Je ne regrette pas.

Je suis juste révolté en constatant ce que devient la France.

J’aimerais qu’une immense colère s’empare de la population française et vienne stopper ce que je perçois comme un immense assassinat.

Source : Milliere Guy

 

Publié dans ACTUALITE, FRANCE, SOCIETE | Tagué , | 2 commentaires

UN SACRIFICE INUTILE.

Éric Zemmour : « À vouloir trop rassembler, Wauquiez s’est coupé les deux bras »

BILLET – Le journaliste revient sur le grand écart fatal du candidat à la présidence des Républicains, coincé entre Sens Commun et Alain Juppé.

« Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux ». Laurent Wauquiez est un des derniers hommes politiques vivants à savoir que ce vers est d’Alfred de Musset. Mais Laurent Wauquiez est aussi le dernier homme politique à comprendre que cette phrase célèbre pourrait bien résumer son destin politique.

Avant même qu’il prenne la présidence des Républicains, le parti se désagrège sous ses yeux. On se croirait dans ces vieux dessins animés où la voiture perd les portes, le capot, le moteur, avant qu’il ne reste que le volant entre les mains du chauffeur interdit. Il ne restait déjà plus grand chose après la présidentielle qu’un parti lourdement endetté avec ses 70.000 adhérents.

Mais en quelques jours, tout s’est accéléré. Wauquiez a coupé la tête du patron de Sens Commun, Christophe Le Bihan, coupable d’avoir regardé un éventuel retour en politique de Marion Maréchal-Le Pen avec les yeux de Chimène.

Ce sacrifice n’était pas facile à faire. Sens Commun, ce n’est pas rien : ce sont des milliers de militants déterminés, sortis de la Manif pour Tous, et qui, on s’en souvient, lors du fameux meeting du Trocadéro, avaient sauvé une candidature Fillon qui prenait l’eau. Mais ce sacrifice n’a servi à rien.

LA RÉDACTION VOUS RECOMMANDE

Source : Eric Zemmour/RTL

Publié dans ACTUALITE, ANALYSE, DROITE, FRANCE | Tagué , , | Laisser un commentaire