AU DESSUS DE TOUT…, L’IGNOMINIE D’EMMANUEL MACRON

Annotation 2020-06-18 152349

Je n’ai cessé de le dire bien avant que Macron soit élu Président. Macron est un imposteur. C’est surtout un homme dangereux.

Il est arrivé au pouvoir en se comportant sans scrupule vis-à-vis de quiconque.

Grâce à une gigantesque opération mêlant publicité, propagande et instrumentalisation de la justice.

Avant que le coronavirus de Wuhan ne déferle sur la France, il avait déjà montré ce qu’il y avait de vil en lui.

Ce qui a mené au soulèvement des gilets jaunes a été son insupportable mépris pour les gens qui ne sont pas de sa caste, qu’il n’a cessé d’insulter.

Ses réponses au soulèvement des gilets jaunes qui, au commencement, était une révolte contre l’oppression étatique et fiscale, ont été absolument odieuses.

Annotation 2020-06-18 152416

Elles ont associé le dédain arrogant au recours à la violence policière, agrémenté de l’usage de gauchistes violents chargés de faire apparaître de pauvres gens désespérés comme des barbares et des casseurs. Plusieurs personnes ont perdu un œil, une main ou un pied et ont été mutilées à vie.

L’attitude de Macron pendant la grève contre le médiocre et inutile réforme des retraites a été identique.

Il était devenu à ce moment le Président le plus détesté depuis le début de la Ve République.

Puis est venu ce qui constitue pour l’heure une forme d’apothéose dans l’ignominie et l’horreur : la gestion de la pandémie. Les mensonges ont succédé aux mensonges, les mesures ineptes se sont ajoutées aux mesures monstrueuses.

Les frontières ont été laissées ouvertes jusqu’à une date tardive et les vols venus de Chine ont apporté leurs suppléments de contagion.

Les masques et les moyens de protection ont manqué au personnel soignant. Des médecins, infirmiers et infirmières sont morts.

L’absence de gestion en aval a conduit à l’engorgement des hôpitaux, au tri des malades et au recours à l’euthanasie.

Annotation 2020-06-18 152439

Les médecins en France se sont vu retirer l’autorisation de prescrire et n’ont pu offrir que paracétamol ou Rivotril.

Le traitement proposé par le professeur Raoult, utilisé avec succès sur les cinq continents a été refusé par un pseudo comité scientifique composé de gens achetés par les grands laboratoires pharmaceutiques et par un ministre lui-même acheté, Olivier Véran, qui succédait à une ministre elle-même achetée, Agnès Buzyn.

L’hydroxychloroquine est soudain devenue un médicament diabolique et le professeur Raoult, qui s’est comporté en médecin digne de ce nom d’un bout à l’autre de la pandémie, a subi une opération de démolition qui a pu ressembler aux minutes de haine décrites dans le 1984 de George Orwell.

Des imposteurs dont la cuistrerie grandiloquente ressemblait à celle du docteur Diafoirus, si bien décrit jadis par Molière, se sont répandus en propos imbéciles sur les plateaux de télévision où les vomissures qu’ils ont proférées ont alterné avec leurs paroles de mansuétude servile envers le Président et le gouvernement.

La peur a été agitée dans les grands médias aux ordres pour obtenir la soumission et un emprisonnement de la population sous contrôle policier.

Les Français ont dû passer à la liberté surveillée courant mai. Ils viennent de se voir accorder par Macron une liberté un peu moins surveillée.

Annotation 2020-06-18 152506

Celui-ci vient de se livrer à un obscène exercice d’autosatisfaction.

“Nous pouvons être fiers de ce qui a été fait”, a-t-il dit. “Nous n’avons pas à rougir de notre bilan. Des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos choix, par nos actions”, a-t-il ajouté.

Il n’a vraiment honte de rien !

Le bilan, c’est 30.000 morts, ce qui place la France dans le quatuor de tête des pays qui ont accumulé le plus grand nombre de morts par millions d’habitants. Et comme l’a écrit dans un livre sur lequel je reviendrai le professeur Christian Perronne, une large part de ces vies auraient pu être sauvées s’il y avait eu en France un Président digne de ce nom, un conseil scientifique non vendu aux grands laboratoires pharmaceutiques, et des ministres de la santé eux-mêmes non vendus.  Ces gens sont des criminels.

S’il y avait eu en France un Président digne de ce nom, il aurait écouté Didier Raoult, Christian Perronne, Philippe Douste-Blazy, ce qui aurait pu être l’impulsion qui aurait conduit d’autres gouvernements européens à agir eux aussi pour sauver des vies, et ce qui aurait permis à Donald Trump de vaincre les objections du docteur Anthony Fauci, lui-même vendu aux grands laboratoires pharmaceutiques, et de sauver des vies américaines.

Le bilan, c’est un emprisonnement de la population pendant de longues semaines et l’instauration d’un régime autoritaire en France de manière provisoire (les dirigeants français ont vu qu’en faisant peur, ils peuvent installer un régime autoritaire, et c’est un précédent très grave. Il y avait eu un autre précédent, le régime de Vichy, je sais). Le “confinement” strict, je le répète, n’était pas nécessaire et a sans doute aggravé la situation sanitaire du pays.

Le bilan, c’est une économie sinistrée.

Des milliers d’entreprises vont déposer leur bilan ou l’ont déjà fait.

La France sera en récession, voire en dépression, pendant une période indéterminée qui s’étendra jusqu’au milieu de 2021 peut-être au-delà. On parle de onze pour cent de croissance négative, voire davantage. Les chiffres de la pauvreté et du chômage vont connaitre une hausse vertigineuse et durable.

 Et Macron poursuit ses ineptes et délétères lubies écologiques !

Il persiste à parler d’économie “forte, écologique, souveraine et solidaire”.  Outre l’écologie, il y a chez lui de la “solidarité” obligatoire, donc du socialisme par la redistribution, chacun devrait avoir compris depuis longtemps. Les mots “forte” et “souveraine” sont incompatibles avec les handicaps créés par l’écologisme et par la redistribution accouplée à l’immigration qui va se poursuivre.

La situation est grave. Les impôts ne vont pas augmenter, a dit Macron. Ils sont les plus lourds du monde développé. Ils ne vont pas baisser non plus.

Et il n’y a, hélas, pas d’alternance politique sur l’horizon. Economiquement, aucun parti ne propose quoi que ce soit qui pourrait permettre un retour au dynamisme.

L’ordre est en train de se dissoudre. Une manifestation d’immigrants illégaux a pu se tenir sans difficulté à Paris, et le gouvernement et Macron ont fait preuve de mansuétude complice. Il en est allé de même pour la manifestation de racistes antiblancs et de gauchistes anti-occidentaux organisée par la famille de délinquants d’Adama Traoré, lui-même délinquant. Et on a pu y entendre des vociférations antisémites.

Il reste en France des hommes et des femmes politiques dignes de ce nom, des médecins intègres, des journalistes scrupuleux. Ils sont peu nombreux. Ce que je viens d’écrire depuis le début de cet article n’est publiable dans aucun grand journal et dans aucun magazine français. Il fut une époque où je pouvais publier des articles en France. Je sais que cette époque est révolue.

Annotation 2020-06-18 152605

J’aimerais penser qu’un redressement est possible et qu’il y aura un après Macron. Pour l’heure, je n’y parviens pas. Je vois, avec douleur, le désastre, surtout le désastre.

Les mois à venir en France vont être douloureux, vraisemblablement horribles. Toutes les institutions seraient à rebâtir, car elles sont toutes à terre.

Et je n’ai rien dit des zones de non-droit, de l’islamisation du pays, du fait que tous les leviers de pouvoirs restent dans les mains de gens qui n’auraient jamais dû être à même de s’en approcher.

Est-il possible encore de sauver la France ? J’en doute. Il reste peu de temps.

Source : Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur. Adapté d’un article publié sur les4verite

Publié dans ACTUALITE, FRANCE, GOUVERNEMENT, PRESIDENT, SANTE PUBLIQUE | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

MACRON, L’IMPUISSANCE DU DISCOURS …OU LA VOLONTÉ SUBCONSCIENTE DE NUIRE!

macrontraste-300x134

Il a osé crier victoire ! Dans le fond, Macron, c’est comme Napoléon, qui voudrait se relancer après Waterloo, se réinventer, prendre un nouveau chemin, bref continuer à exercer le pouvoir, mais avec cette différence abyssale qu’il n’y a pas eu d’Austerlitz, ni aucune autre bataille gagnée auparavant, ni aucune restauration de l’Etat, ni aucun élan donné à la Nation, ni aucune prééminence de la France en Europe.

La seule victoire de Macron, c’est l’élection volée de 2017 par un socialiste ami des milliardaires, et qui a poursuivi le travail de sape commencé dans les cabinets obscurs : la démolition de la France ! La France n’allait pas bien en 2012. Cela fait 45 ans que son budget est en déficit. Macron, secrétaire général adjoint à l’Elysée, puis ministre de l’économie, dans un cadre socialiste, puis président de la République a-t-il amélioré les choses ? Evidemment non ! La dette était à 98,7% du PIB en 2019. On continuait à emprunter pour financer une politique inefficace.

La France est un pays riche, avec une épargne abondante, des infrastructures solides, un patrimoine considérable, et les petits malins qui nous « gouvernent » à coup d’expédients pensaient que l’on continuerait à lui prendre ses obligations à taux négatif, qu’on accepterait de perdre de l’argent en finançant un pays qui offrait de meilleures garanties que d’autres. En somme, le présent vivait sur les trésors du passé. La dépense publique n’était pas diminuée. L’industrie s’effaçait du territoire. La balance commerciale demeurait déficitaire depuis près de 20 ans. Au début de cette année, le chômage était à près de 9 % malgré un contexte mondial favorisé par une embellie artificielle entretenue par la création monétaire. L’Allemagne était à 3,5%, et présentait un tableau positif là où celui de la France était négatif.

Le Covid transforma l’essai en faveur de Berlin : 438 morts en France par million d’habitants, 105 en Allemagne. Dans son allocution d’hier, un discours aux allures de village Potemkine, superposant à la triste réalité une carte postale idyllique, Macron a carrément gommé les mauvaises décisions, les contradictions, les atermoiements, les retards, les pénuries, les mensonges, l’absence de masques et de tests, qu’il a remplacés par le mot vague de « produits ». Un mois de retard, c’est quatre points de PIB en moins de croissance ! Et il faudrait pavoiser parce qu’on rouvre les écoles à la mi-Juin (!) et les restaurants dans un pays où le tourisme est vital pour l’économie ! Aveuglement au départ malgré des informations précoces en provenance de Chine, choix politiques superficiels comme le maintien du match Lyon-Turin, comme le premier tour des municipales, avant un confinement trop général, trop coercitif, et trop long, parce que le gouffre s’était ouvert sous les pieds des gouvernants. Ils avaient vu se profiler l’ombre des juges à l’horizon de leurs mandats alors qu’ils ne parvenaient plus à obtenir les moyens indispensables à une stratégie sanitaire intelligente : tester, isoler, soigner ! Faute de lits en réanimation, et à deux doigts de la saturation, ce sont nos voisins allemand, suisse, luxembourgeois, et même l’Autriche, qui sont venus à notre secours, et toute honte bue, Macron s’en vante !

Le déclassement de la France s’est accéléré avec cette crise sanitaire. Il est probable que les préteurs déjà beaucoup plus circonspects à l’égard de la France que de l’Allemagne le seront encore davantage puisque la dette va exploser ! On évalue la récession à hauteur de 11% du PIB au minimum ! Du jamais vu depuis la crise de 1929 ! Un pays dont les points forts sont le tourisme, l’aéronautique, la pharmacie (!), notamment, peut-il encore inspirer confiance ? On emprunte d’ailleurs pour alimenter un Etat obèse qui a montré son impuissance, et financer une protection sociale trop largement ouverte aux étrangers.

Or, c’est d’investissement dont la France a besoin : son retard dans des domaines où elle vivait sur une réputation désuète est maintenant évident. L’économie n’est pas tout. Voilà trois ans que le pays traverse des bourrasques sociales et sociétales, que des quartiers et toute une population non-assimilée, échappent à la loi et à l’ordre, entretiennent des trafics, génèrent des violences et remplissent les prisons, que le mécontentement a fait quasi sans interruption souffler un vent de révolte dans les rues. La violence de la répression des Gilets Jaunes, dont les revendications initiales étaient légitimes, contraste étrangement avec la mollesse du pouvoir face à une contestation non du gouvernement mais de la France par des gens que Cicéron appelait des « Catilinaires », conglomérat de tout ce qui déteste notre pays, sa civilisation, son histoire, ses valeurs, barbares, délinquants et gauchistes ! Macron a centré son action et ses discours sur l’économie : en raison de ses déclarations passées, notamment sur la colonisation, de ses comportements ambigus, et des ministres qu’il a placés à la tête des ministères régaliens, il n’a pas le moindre crédit dans ce domaine, et ne pourra pas faire appel à la générosité de l’Allemagne comme il le croit à tort pour le reste.

Source : Christian VANESTE.

Publié dans ACTUALITE, ETAT, EVOLUTION, PRESIDENT | Tagué , , , | Laisser un commentaire

MACRON ME RÉVULSE ! NON Mr, JE NE VOUS AUTORISE PAS À PARLER EN MON NOM….

83419598_153130399676058_950591269641824687_o

 

Hier soir, j’ai écouté l’intervention de l’homme qui occupe actuellement le poste de président de la France et je me suis fait une réflexion. Pendant qu’il récitait sa partition obscène, je me suis demandé pourquoi je détestais autant cet homme. Pourquoi, de telles émotions de colère s’emparaient de moi à la moindre phrase, à la moindre intonation de sa voix mielleuse qui sonne comme la personne qu’il est : fausse !

Je me suis demandé pourquoi chaque phrase, chaque création factice de cet épouvantail aussi ridicule pouvait à ce point m’ulcérer. Et voici ce que j’ai trouvé !

Macron me révulse car un homme qui a des morts sur la conscience et qui s’auto congratule pendant des minutes entières est exécrable !

Macron me révulse car un homme qui prend le prétexte du virus pour interdire les rassemblements alors que tout le monde à repris le travail pour sauver son économie est insupportable !

Macron me révulse car un homme qui parle du goût de la liberté en tentant de réprimer les mouvements sociaux en permanence est cynique !

Macron me révulse car sa France est une France de privilèges, d’incompétents, de violents, de mensonges et de mépris !

Macron me révulse car lorsqu’il fête sa victoire contre le virus il montre l’amour qui déborde pour lui-même et le mépris pour les 30 000 personnes mortes par la folie de son gouvernement de clowns !

Macron me révulse car congratuler son gouvernement pour la gestion de la crise c’est une fois de plus prendre les françaises et les français pour d’imbéciles enfants soumis à leur pathologie mensongère !

Macron me révulse lorsqu’il complimente les blouses blanches dont il représente le plus grand ennemi, le mépris et les coups depuis tant d’années ! Il me révulse lorsqu’il remercie tous ceux qui ont continué à travailler, ceux-là même qu’il considère derniers de cordée ! Il me révulse toujours autant lorsqu’il s’attribue le courage et le mérite des gens qui ne sont rien et qui ont pourtant tenu le pays !

Macron me révulse lorsqu’il nous impose de faire repartir l’économie de plus belle en protégeant les plus faibles alors que c’est incompatible !

Macron me révulse lorsqu’il s’extirpe des responsabilités par couardise ! Ces mêmes responsabilités qui fondent les noms des grandes avenues ou qui comme lui, creusent les caniveaux de l’Histoire !

Macron me révulse lorsqu’il nous demande d’être fier de la France alors qu’il en constitue la honte la plus totale !

Macron me révulse lorsqu’il ose associer son destin avec le mien! Lorsqu’il ose imaginer que notre histoire pourrait un jour se croiser autrement que par la haine qu’il attise par l’infinie infamie de son être !

Macron me révulse lorsque la santé prend le dessus sur l’économie, qu’il nous annonce que c’était juste une parenthèse et qu’il appelle cela l’humanisme !

Macron me révulse lorsqu’il dépense 500 milliards pour sauver l’économie alors qu’il disait ne pas avoir d’argent magique pour notre santé !

Macron me révulse lorsqu’il présente comme une victoire personnelle le sauvetage social de millions de français alors qu’il est chef des travaux de la destruction de ce système social protecteur !

Macron me révulse lorsqu’il hurle de son silence la gestion calamiteuse de la crise et les conséquences de la destruction de l’hôpital public !

Il me révulse lorsqu’il parle de protéger les aînés, que son système économique d’austérité a couvert de sacs poubelles comme sépulture dans les EHPAD !

Il me révulse lorsqu’il ose parler en mon nom pour une souveraineté européenne qui a montrée toute sa défaillance pendant la crise !

Laisser Macron parler en mon nom c’est le laisser me salir sans rien faire !

Il me révulse lorsqu’il réclame l’unité, qui sonne pour lui comme la soumission à son insupportable personne et à sa politique d’ancien monde !

Il me révulse lorsqu’il parle d’écologie pendant qu’on gaze celles et ceux qui la défendent !

Il me révulse lorsqu’il prétend que la couleur de peau réduit les chances de diplôme alors que son gouvernement a multiplié par 10 fois les frais d’inscription à des études françaises pour un étudiant étranger !

Il me révulse lorsqu’il parle d’ordre républicain qui n’est en réalité que violence, obéissance et chaos !

Il me révulse lorsqu’il met bout à bout des mots littéraires sans seulement savoir ce qu’ils veulent dire !

Il me révulse comme la marionnette malsaine qui s’agite pour glaner une pièce

Il me révulse comme l’agonie d’un monde qui doit être aboli

Il me révulse comme le mythomane, le simulateur et le marchand de sommeil

Il me révulse car il est imposture

Il me révulse car il est illusion

Il me révulse car il n’est que misère

Il me révulse car il n’est que néant

Et c’est parce qu’il me révulse et que je veux qu’il le sache que le 16 juin et encore, je battrai le pavé. Parce qu’il me révulse et que je veux qu’il le sache !

Source : Lucien Cavelier, psy énervé sur Facebook

Note de Citoyen Indigné : Je ne connais pas ce monsieur, mais il a su mettre les exacts mots sur mon ressenti…Merci !

Publié dans ACTUALITE, DESINFORMATION ORDINAIRE, GOUVERNEMENT, LIBERTÉ EXPRESSION, PRESIDENT, SANTE PUBLIQUE | Tagué , , , | Laisser un commentaire

TOUT SE DÉROULE COMME PRÉVU, NOUS FINIRONS DANS LE MUR….

LE GOUVERNEMENT S’Y PREND MAL, LA CRISE VA ACCÉLÉRER LE DÉCLIN DE LA FRANCE

La France sortira bientôt totalement du confinement, mais la sortie de la crise, c’est pour quand ? Le pays le plus touché par la récession en Europe, hormis peut-être l’Espagne, va en effet traverser une épreuve difficile.

Le pari du gouvernement est simple : le PIB va reculer d’environ 10% en 2020, donc faisons un plan de relance d’au moins 10% du PIB et nous retomberons sur nos pieds. Peut-être pas dès cette année, mais très rapidement. Ce raisonnement est d’ailleurs corroboré par la Banque de France qui vient de publier ses prévisions : elle anticipe un recul du PIB de l’ordre de 10% cette année suivi d’un rebond de 7% en 2021, et d’un retour à la normale (le niveau de fin 2019) la mi-2022.

C’est beau comme du papier à musique, mais malheureusement totalement irréaliste : comment imaginer que la France, avec ses niveaux de taxes et d’impôts confiscatoires (numéro un en OCDE pour les prélèvements obligatoires), ses normes parmi les plus exigeantes d’Europe, sa bureaucratie envahissante, son interventionnisme étatique permanent, ses syndicats jusqu’au-boutistes qui bloquent régulièrement le pays, ses manifestations qui gênent régulièrement le commerce, puisse faire 7% de croissance annuelle ? Durant les Trente Glorieuses, l’année record s’est inscrite à 7,9%. Comment penser faire aussi bien ?! La Banque de France prévoit un million de chômeurs supplémentaire cette année, soit une vague dévastatrice de faillites et de plans sociaux. Comment envisager ensuite un dynamisme suffisant pour repartir et exploser les compteurs de la croissance ?

Ce rebond n’a aucun sens. Un retour au niveau d’avant-crise en un an et demi seulement, à la mi-2022 (pour l’élection présidentielle, quelle coïncidence), est illusoire. Il procède d’une vision macroéconomique simpliste, d’un calcul de tableau Excel, d’une foi naïve dans l’efficacité de la dépense publique. Cette prévision hallucinante montre surtout que le gouvernement et les économistes officiels n’ont pas compris la nature de la crise actuelle : le coronavirus n’a été que l’élément déclencheur, il y avait de toute façon trop de dettes, la crise devait survenir un jour ou l’autre. En France, il y avait en plus un surcroît d’impôt et de bureaucratie qui étouffait le pays. C’est à cela qu’il faut répondre pour retrouver la croissance, l’emploi et la réindustrialisation.

Au lieu de cela, le gouvernement multiplie les plans et les annonces contradictoires : 7 milliards d’euros pour Air France, qui était déjà malade avant et ne mérite pas tout cet argent, mais qu’on oblige à fermer plusieurs de ses lignes régionales pour raison écologique… Elle va venir d’où la « croissance » de la compagnie aérienne dans ce cas ? Idem pour les constructeurs automobiles que l’État force à vendre des véhicules électriques aux Français qui n’en veulent que marginalement. Airbus devra lancer avion « zéro émission de CO2 » dès 2035, moins pour répondre au marché qu’à la volonté du ministre des transports…

Alors qu’il faudrait baisser massivement les impôts et les taxes, rabaisser le niveau des normes, en suspendre temporairement d’autres, le gouvernement applique la recette perdante depuis le milieu des années 70 : encore plus de dépenses publiques. Le résultat ne changera pas : croissance molle et chômage persistant. La France risque de basculer définitivement dans le club des pays du Sud et de décrocher complètement de l’Allemagne, des pays nordiques, et de se faire rattraper par l’Europe centrale et de l’Est.

Tout cet argent public est mal dépensé. L’État ferait bien de garder des cartouches pour les banques, qui vont souffrir de la récession, comme nous l’expliquions dans notre article précédent. Voici une menace qui ne semble pas vraiment prise en compte, et qui rajouterait une crise à la crise…

Philippe Herlin chercheur en finance / docteur en économie

La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu’elle est accompagnée d’un lien vers la source originale. https://or.fr/actualites/gouvernement-prend-mal-crise-va-accelerer-declin-france-1873

Note de Citoyen Indigné : Si vous suivez ce blog, vous savez sans doute, que sans être adepte du complotisme, je ne crois absolument pas à l’aspect fortuit des choses, surtout en matière d’économie et, ou de politique. Notre pays est l’objet d’attaques en règles, sournoises, répétées. Dans un domaine, puis un autre, ça ne s’arrête jamais, comme la mer sur une digue. La digue tiendra t’elle ou finira t’elle par céder ?

Voir aussi :

https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2020/05/05/oui-nous-en-sommes-en-guerre-nous-sommes-victimes-dun-coup-detat-dissimule/

https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2020/05/05/comprendre-le-genocide-francais-cest-voulu-par-macron/

 

 

Publié dans ACTUALITE, BANQUES, DETTE PUBLIQUE, DETTE PUBLIQUE, ECONOMIE, FINANCES PUBLIQUES | Tagué , , | Laisser un commentaire

Bienvenue en Absurdistan

Qui sont les racistes, les haineux ?

Lou Roumegaire

adamatraoré

« Les traîtres sont ceux qui ont transformé le pays où il faisait bon vivre, en pays sous tranquillisant, au nom du mensonge et du VIVRE ENSEMBLE » (Yvan Rouffiol).

Nous n’avons encore pas tout vu … L’histoire avance, mais dans le mauvais sens. La Ligue de défense Noire (LDNA), voulait déboulonner la statue de Colbert, par la voix d’un certain Egountchi Behansin, un de ses porte-parole à grande gueule.

A expulser d’urgence !

Cette organisation appelle ouvertement au soulèvement des banlieues et prône le rapprochement idéologique avec les mêmes milieux américains (Black Panthers).

Les gauchistes partagent aussi la même volonté de mettre le chaos en France. Ils sont leurs meilleurs conseillers.

Et à côté, le Comité Adama veut attirer l’ultra gauche dans sa lutte, de façon à donner plus de poids à sa revendication pour faire condamner la gendarmerie, afin de pouvoir l’accuser de meurtre et de racisme et en même…

Voir l’article original 438 mots de plus

Publié dans ACTUALITE | Laisser un commentaire

ET, NOUS ACCEPTONS SANS BRONCHER …

Raoult, ou le territoire victime de la carte !

findemocratie-768x342

Pour un habitant du nord de la France, l’aphorisme célèbre d’Alfred Korzybski, « la carte n’est pas le territoire » prend tout son sens. La dénomination dont on a affublé sa grande région, essentiellement plate, et dénuée de la moindre identité réelle, qui s’étend de la proximité parisienne jusqu’à la frontière belge, est grotesque. Aucune montagne n’y a arrêté le flux des invasions, mais lorsqu’on quitte le territoire pour regarder la carte, effectivement Lille, la capitale régionale, à une grosse dizaine de kilomètres de la Belgique, se trouve tout en haut. Personne, toutefois, n’aurait eu la malencontreuse idée d’appeler l’une des régions méridionales, « les bas de France ». Il y a, dans le choix du nom idiot de la réunion du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie, l’effet d’une double réalité qui consiste en définitive à nier la réalité, à gommer le territoire pour n’en conserver que la carte. Il y a d’abord la réalité de celui qui choisit : le membre de l’oligarchie, celle qui peuple les Assemblées, les palais de la République, les ministères, les bureaux, les cabinets, les antichambres, les salles de rédaction, qui a perdu de vue le territoire depuis longtemps, si jamais elle l’a connu, et qui n’en conserve que la vision d’une carte qu’on fait apparaître à l’écran. Il y a ensuite la recherche purement verbale qui réduit l’action à la communication et fera opter pour le nom le plus valorisant, le plus démagogique : on va flatter les « chtis » en les situant dans les « Hauts de France ». Peu importe la rose, c’est son nom qui compte ! Comme le dit Michel Maffesoli au début de la Nostalgie du sacré, « il convient de se méfier de ce que Jean-François Colosimo nomme le « logisme » asservissant la vie à une représentation promue réalité ».

C’est entendu, tous les hommes vivent dans la bulle de leurs représentations et n’ont du monde que la traduction que leur en donne le système de pensée, la religion, l’idéologie qui forgent l’esprit de la communauté au sein de laquelle ils vivent. Les choses ne nous apparaissent qu’à travers les mots par lesquels on les désigne. Mais on pouvait espérer que l’esprit scientifique, que la méthode cartésienne allaient dissiper les fantasmes, démonter les simulacres, pour parvenir à une représentation objective des choses et du monde. Dans le même temps, on pouvait imaginer que les peuples, mieux éduqués, allaient se libérer de leurs préjugés traditionnels, et se muer en nations de citoyens éclairés, libres et responsables. Or nous vivons une période qui remet en cause ces illusions. Tant que le rideau de fer séparait le « monde libre » du totalitarisme marxiste, on pouvait se dire que « 1984 », que la prison mentale peinte par Orwell, c’était l’autre côté, sa police politique et ses goulags, sa propagande tenant lieu d’information. D’une certaine manière, le mur ne protégeait pas seulement l’univers soviétique d’une réalité qui a fini par le détruire, il garantissait l’Ouest contre la confusion des idées, et confortait ses populations dans une vision rassurante de leur monde, celui où régnait la liberté de consommer et de penser.

Trente ans après la chute du mur, le monde occidental a mal digéré sa victoire. Non seulement les certitudes qui formaient le cadre de la pensée à l’abri de laquelle il vivait ont été systématiquement déconstruites, non seulement il a pris conscience que lui-aussi, face à l’est, vivait dans une bulle, simplement plus agréable, plus hédoniste, mais encore il a du s’habituer à la confusion des valeurs et des idées, soumis cette fois non à une propagande unilatérale mais à matraquage quotidien et tournoyant, faisant se succéder les modes idéologiques, les peurs collectives et les obsessions communautaires. Dans ce chaos qui a pris la place de la conscience collective, une ligne de fracture s’est dessinée. De plus en plus, il y a, d’une part, le « courant dominant » qui vient d’en haut et tente d’imposer le conformisme de la pensée unique qui campe dans les lieux de pouvoir et dans les grands médias, au-delà de distinctions superficielles, et, d’autre part,  le fourmillement, l’effervescence, le bourdonnement permanents qui se propagent sur internet. En haut, il y a ceux qui veulent imposer la carte au territoire, et en bas il y a ceux qui vivent dans leur terroir, celui qu’ils connaissent avec ses odeurs et ses saveurs, mais aussi, et plus nombreux, ceux qui habitent les châteaux enchantés de leurs rêves. On voudrait opposer l’objectivité et l’universalité des premiers au morcellement et à la dispersion des seconds. C’est ainsi que de grands organes de presse pourchassent les « désinformations ».  C’est ainsi que le gouvernement avait même envisagé de créer un site rassemblant ces chasseurs de sorcières.

La réalité est plus complexe. Quand on perçoit les intérêts qui dirigent le monde d’en-haut, orientent ses manipulations, et expliquent ses mensonges, le bruit de fond des internautes de tout poil prend davantage de valeur. Le lynchage médiatique et gouvernemental du professeur Raoult est un exemple riche de sens de cette confrontation entre la carte et le territoire, entre la pensée dominante et la contestation. Le « docteur » marseillais s’appuie sur son expérience de terrain, sur son « territoire ». Ses adversaires sont ceux qui dessinent les cartes, les peignent de couleurs diverses, maintiennent notre pays dans une étrange ambiance de menace et de catastrophe qui asphyxie la liberté. L’efficacité de l’hydroxychloroquine n’est plus le problème. La vraie question est de savoir dans quel simulacre de démocratie nous vivons !

Source: Christian VANESTE

Publié dans ACTUALITE, OLIGARCHIE, SOCIETE | Tagué , , , , | 1 commentaire

L’indic Claude Hermant implique l’Etat dans l’attentat contre Charlie Hebdo

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

« Un indic, Claude Hermant, arrêté dans l’affaire de l’attentat du 7 janvier 2015 contre Charlie Hebdo, implique à présent l’Etat dans la préparation de l’attentat. Hermant, qui aurait vendu les armes qui ont ensuite servi à Amédy Coulibaly et aux frères Kouachi pour commettre les attentats, accuse trois gendarmes et deux douaniers d’avoir été impliqués, ainsi que le milieu du grand banditisme.

Ce dossier fait voler en éclats le narratif officiel, selon lequel des islamistes ont préparé seuls les attentats qui ont ensanglanté la France, la Belgique et l’Allemagne depuis 2015.

L’avocat de Hermant, Me Maxime Moulin, ne dispute pas le fait que des armes passées entre les mains de Hermant, qui agissait sous couvert du service de renseignement des douanes jusqu’en 2013 avant de travailler pour le compte de la gendarmerie, sont parvenues à Coulibaly. Les médias et les partis politiques établis ont étouffé ce fait, ainsi que l’arrestation…

Voir l’article original 1 147 mots de plus

Publié dans ACTUALITE | Laisser un commentaire

COMMENT A-T-ON PU DEVENIR AUSSI VEULES ?

DE L’ANESTHÉSIE À L’EUTHANASIE ?

Puis-je le dire ? Je regarde la France de loin, avec une tristesse croissante.

La France a déjà eu des ministres et des présidents nuls, mais pas à ce degré.

La France a déjà eu, aussi, des ministres et des présidents criminels, mais pas à ce degré non plus.

Il est vrai, me dira-t-on, qu’auparavant, il n’y avait pas eu de pandémie, mais la pandémie n’est pas une excuse.

Il va devenir difficile de faire le compte des comportements ineptes adoptés par le gouvernement et le président Macron et on peut se demander s’ils sont idiots, crapuleux ou les deux à la fois.

Il n’est, hélas, pas difficile de décompter les victimes de ce qu’il faut bien appeler des homicides.

Le décompte lugubre a été, des semaines durant, annoncé chaque soir.

Certaines morts étaient inévitables, mais pas toutes, non, et que, sur une planète qui compte près de deux cents pays, la France fasse partie des cinq premiers en nombre de victimes par million d’habitants est infiniment davantage que consternant.

Entendre le Premier ministre dire, comme il l’a encore dit récemment, qu’il n’y a « pas de traitement » pour le Covid 19 relève de la non-assistance à personnes en danger.

Seuls les crétins, les cuistres, les vendus à l’industrie pharmaceutique peuvent faire semblant d’ignorer qu’il y a un traitement qui marche et qui est désormais utilisé sur la terre entière par plus de la moitié des médecins qui soignent la maladie. Apparemment, le Premier ministre appartient à l’une des trois catégories susdites : crétin, cuistre, ou vendu à l’industrie pharmaceutique.

Même ceux qui ne lisent que la presse française savent presque tout de la comédie des masques, inutiles, puis très utiles, indisponibles parce que détruits, très rares, et enfin, maintenant, moins rares.

Le rôle clownesque de Sibeth N’diaye dans cette comédie ne fait rire qu’elle-même.

Ceux qui ne lisent que la presse française savent aussi presque tout de l’absence de tests et de respirateurs, du courage qu’il a fallu au personnel soignant des hôpitaux pour agir pendant des semaines sans moyens de protection.

Seuls ceux qui lisent la presse étrangère ou qui se tournent vers les réseaux sociaux ou quelques émissions de radio politiquement incorrectes savent que les médecins de famille se sont vu retirer la liberté de prescrire et sont menacés de radiation par le Conseil de l’ordre s’ils outrepassent les ordres qui leur ont été donnés.

Très rares sont ceux qui savent que le confinement global et strict qui a été imposé à la population entière était une solution délétère qui ne pouvait qu’entraîner davantage de contaminations, et qu’imposer une sortie quotidienne limitée à une heure, et à un kilomètre de chez soi, relevait de la mesure coercitive arbitraire édictée par des gens accrochés au pouvoir qui voulaient écraser la population par la soumission permise par la peur disséminée.

Pour maintenir la soumission et la peur, le « déconfinement » qui s’amorce ne sera pas le retour à la liberté qui, de toute façon, était déjà bien érodée avant la pandémie.

Il y aura la limite des déplacements à cent kilomètres, et une multitude d’interdictions qui seront maintenues.

Il n’y aura pas de vacances, ou des vacances très restreintes.

Il y aura un retour au travail qui ne concernera pas tout le monde, car des commerces et des petites entreprises ne rouvriront plus jamais.

Il y aura les dégâts économiques, la paupérisation généralisée, la misère pour certains, et la certitude que rien ne sera comme avant, sinon peut-être dans cinq ans, voire dans dix ans.

Il n’y aura, je pense, pas de révolte de la population, plutôt de la résignation.

 soumis

La façon dont la peur a conduit à la soumission et à l’acceptation de la privation de liberté pourrait être riche d’enseignement pour des apprentis dictateurs rêvant de régir une société sur un mode autoritaire.

J’aimerais ne pas être pessimiste et penser qu’un sursaut est encore possible, mais, je dois le dire, je suis très pessimiste.

C’était déjà mon cas avant la pandémie. C’est bien plus encore mon cas aujourd’hui.

J’ai parlé il y a quelques mois de l’anesthésie qui permettait de conduire un peuple vers l’euthanasie.

Il faut le dire : l’anesthésie est là. L’euthanasie est en marche. Macron et ses ministres s’en chargent.

Source : Milliere Guy Les 4 vérités

Publié dans ACTUALITE, ETAT, GOUVERNEMENT, PRESIDENT | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

ILS NOUS ONT MIS EN ÉTAT DE SIDÉRATION (2) …

Confinés ou tétanisés ?

 

side

Que nous arrive-t-il ? Que nous est-il arrivé ?

Commencent à se dire quelques esprits que le confinement n’a pas totalement privés d’oxygène.

Pas moins de vingt-six mille décès à ce jour, religieusement comptabilisés par un Pr Salomon fidèle au rendez-vous de 19 h ! Vingt-six mille, cela n’est pas rien et nous nous garderons de toute espèce de désinvolture à leur encontre.

D’autant plus que nombreux furent ceux qui décédèrent dans la solitude de leurs établissements hospitaliers, interdits de visite et de présence de leurs proches.
Et combien d’autres ne purent bénéficier de soins adaptés de la part d’un système de santé en limite de rupture ?

Que nous est-il arrivé ?

 Paralyse-t-on un pays, un continent entier, pour la grippe saisonnière, le tabagisme, le cancer de la peau ?La sixième puissance du monde n’avait-elle pas tous les atouts pour prendre les meilleures décisions ?
Cependant, empêchés par une centralisation excessive, les responsables locaux, départementaux… ne disposaient pas de marges de manœuvre pour adapter les mesures à leur contexte.

Si le Haut-Rhin et l’Oise relevaient de mesures drastiques, fallait-il imposer celles-ci à tout le pays ? L’État, au sommet, décide.Les agences régionales de santé, chevilles ouvrières, mettent en œuvre et les instances locales appliquent.
Cela fonctionne par temps ordinaires, mais quand les organes de presse, en théorie chargés d’une information pluridisciplinaire et factuelle, se focalisent sur la crise et constituent une sorte de cour d’instruction permanente, ce n’est plus la même chanson.

Ce furent deux mois d’émotion pure et continue, tous les autres sujets relégués dans l’insignifiance. Les responsables politiques jusqu’au Président se voyaient cités à comparaître et sommés de rendre compte. La peur gagnait tous les étages. Empêcher la mort de saisir par le virus faisait oublier que la mort avait cent autres moyens de saisir et qu’elle s’employait à escalader les murailles dégarnies.
Jamais, de mémoire d’homme, on n’aura vu le monde médiatique créer une telle distorsion autour d’un phénomène sanitaire. Une panique de cette nature était-elle pensable, il y a cinquante ans ?

Sous couvert d’information, les médias ont multiplié les propos inquiets des seuls experts du monde médical et les images d’ambulanciers qui se ruaient sur les urgences, entretenu une sorte de psychose et mis en tension l’opinion publique. La belle affaire !

D’une crise de saison, ils ont fait la crise du siècle, mais tu les conséquences autrement désastreuses de la paralysie. Il faut avoir beaucoup d’aplomb et d’estomac pour garder la tête froide et résister à tant d’injonctions.
L’équipe au pouvoir, très amatrice, n’avait ni l’un ni l’autre, sa communication était chaotique, et, tantôt désinvolte, tantôt affolée, elle a perdu un temps précieux et pris la décision la plus violente qui soit, celle du confinement !
Même pour la peste, on se contentait de mettre en quarantaine.

Mais, last but not least, il est à craindre que les mêmes causes ne produisent les mêmes effets lors du déconfinement.

La centralisation du pays empêche d’agir ceux qui sont les mieux à même d’apprécier les situations locales et particulières.

Et là où il faudrait audace et courage, voire prise de risque, les responsables songent avant tout à se couvrir des foudres de l’appareil juridique dont, décennie après décennie, ils n’ont cessé d’étoffer l’arsenal, sous la pression du reste d’une opinion publique à la fois prompte à monter aux barricades et avide d’État-providence.

« Quand un peuple n’a plus de mœurs, il fait des lois », déplorait Tacite.

L’État est partout, omniprésent, protéiforme, aussi malhabile qu’un géant englué dans les sables mouvants. Il confisque, de surcroît, presque tous les leviers.

Et lorsque survient un événement contraire comme une pandémie, il ne manque pas d’« experts » de l’information continue pour commenter la tétanie, à laquelle ils contribuent pourtant.

Source :  Roland Goeller/ Boulevard voltaire

https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2020/04/28/ils-nous-ont-mis-en-etat-de-sideration/ du 28 04 2020

https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2020/04/10/en-fait-que-se-passe-til-vraiment/ du 10 04 2020

Publié dans ACTUALITE, ETAT, GOUVERNEMENT, MEDIAS, SANTE, SANTE PUBLIQUE | Tagué , , , | 1 commentaire

LE TEMPS D’UNE VIE…C’EST COURT,TRÈS COURT…

temps

Joli texte, très beau, très vrai …. !

 

À peine la journée commencée et … il est déjà six heures du soir.

A peine arrivé le lundi et c’est déjà vendredi.

… et le mois est déjà fini.

… et l’année est presque écoulée.

… et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.

… et on se rend compte qu’on a perdu nos parents, des amis.

et on se rend compte qu’il est trop tard pour revenir en arrière …

Alors… Essayons malgré tout, de profiter à fond du temps qui nous reste…

N’arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent…

Mettons de la couleur dans notre grisaille…

Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.

Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste. Essayons d’éliminer les « après » …

Je le fais après …

Je dirai après …

J’y penserai après …

On laisse tout pour plus tard comme si « après » était à nous.

Car ce qu’on ne comprend pas, c’est que :

Après, le café se refroidit …

Après, les priorités changent …

Après, le charme est rompu …

Après, la santé passe …

Après, les enfants grandissent …

Après, les parents vieillissent …

Après, les promesses sont oubliées …

Après, le jour devient la nuit …

Après, la vie se termine …

Et après c’est souvent trop tard….

Alors… Ne laissons rien pour plus tard…

Car en attendant toujours à plus tard, nous pouvons perdre les meilleurs moments,

Les meilleures expériences,

Les meilleurs amis,

La meilleure famille…

Le jour est aujourd’hui… L’instant est maintenant…

Nous ne sommes plus à l’âge où nous pouvons nous permettre de reporter à demain ce qui doit être fait tout de suite.

Alors voyons si vous aurez le temps de lire ce message et ensuite de le partager.

Ou alors vous le laisserez peut-être pour… « plus tard »…

Et vous ne le partagerez « jamais » ….

Source Internet

Publié dans ACTUALITE | Tagué , , | Laisser un commentaire