PIPEAU ! SUITE…

 

Vote de la suppression de la CSG pour les députés et hausse pour les retraités! Qui en parle ?

non.jpg

Scoop: Les députés dans l’indifférence générale ont voté hier l’exonération de la CSG sur leurs frais de mandat parlementaire. Et ce dans le cadre de la loi de moralisation de la vie publique. On marche sur la tête, on demande aux retraités de faire des efforts, des millions de seniors vont voir leur contribution sociale augmenter et en plein été dans la nuit, les députés se votent une exonération d’impôt. Franchement, on se moque du monde !

Ça suffit, on ne peut demander toujours et encore des efforts aux retraités et les législateurs se votent en catimini une suppression de CSG pour eux-mêmes ! 

Ce sont toujours les mêmes qui trinquent, c’est inacceptable, maladroit, honteux ! Les députés sont-ils bien moins lotis que des milliers de retraités qui n’ont que 1200€ de pension mensuelle ?

Il faut savoir que les députés ont 7209,64€ d’indemnité mensuelle, 5840€ d’indemnités représentatives et 9618€ de crédit pour rémunérer leurs collaborateurs. En parallèle, la retraite moyenne est de 1376€ brut et 560 000 retraités touchent le minimum vieillesse…

Pour rappel, les députés se votent une baisse d’environ 430€ de CSG et les retraités vont voir leur CSG augmenter de près de 300€. Deux poids deux mesures…

C’est cela le nouveau monde? Dans tous les cas c’est scandaleux…

 Source : La gauche m’a tuer

ass.jpg

Non à la suppression de la CSG pour les députés et à la hausse pour les retraités !

Auteur : Senior en Forme  Créé le 09/08/2017

À l’attention : Monsieur le Premier Ministre

Scoop: Les députés dans l’indifférence générale ont voté hier l’exonération de la CSG sur leurs frais de mandat parlementaire. Et ce dans le cadre de la loi de moralisation de la vie publique. On marche sur la tête, on demande aux retraités de faire des efforts, des millions de seniors vont voir leur contribution sociale augmenter et en plein été dans la nuit, les députés se votent une exonération d’impôt. Franchement, on se moque du monde !

Signez la pétition

Publié dans ACTUALITE, FINANCES PUBLIQUES, GOUVERNEMENT, LES PILLARDS DE LA RÉPUBLIQUE POURSUIVENT LEURS RAZZIAS | Tagué , , , | Laisser un commentaire

TRANSPARENCE, MORALISATION: MYSTIFICATION! MASCARADE!

PIPEAU !

pipeau.jpg

 Moralisation… Vraiment ?

Je dois avouer que je me méfie des lois de « moralisation de la vie politique ».

D’abord, je ne crois pas que l’on puisse moraliser par la loi.

Mais, surtout, trop souvent, il s’agit – au mieux – de poudre aux yeux.

Je dis « au mieux », car il est fréquent que ces lois ne servent qu’à renforcer la mainmise de la caste au pouvoir.

C’est ainsi que les lois sur le financement de la vie politique n’ont nullement arrêté la corruption.

En revanche, elles ont servi à empêcher que quiconque puisse réussir en politique électorale sans le soutien d’un parti en place.

De même, la prétendue suppression des fonds secrets par Lionel Jospin n’a, naturellement, pas entraîné la fin des fonds secrets (on ne discute toujours pas des budgets d’opérations clandestines à l’Assemblée nationale, et heureusement !).

En revanche, elle a supprimé l’indépendance des grands élus locaux et augmenté la puissance du Premier ministre.

De la même façon, il me semble absurde de répondre à « l’affaire Fillon » par l’interdiction pour tous les parlementaires d’employer des membres de leur famille.

Au sénat, où ces emplois étaient déjà limités, on savait fort bien contourner la loi – en « échangeant » avec son voisin.

Ainsi tel sénateur employait une personne qui ne lui était rien, mais qui était proche de son voisin, lequel en faisait autant pour lui.

On voit mal d’ailleurs pourquoi il serait plus « moral » d’employer sa maîtresse que son épouse.

Et je trouve insupportable que la bande de concussionnaires qui se partagent le pouvoir et les prébendes qui vont avec s’offre, si j’ose dire, une virginité à bon compte avec cette fausse « moralisation ».

Je ne vois dans la loi actuellement débattue qu’un intérêt : la suppression de la réserve parlementaire (150 millions d’euros par an, tout de même !).

Cette « réserve » avait, en effet, tout du clientélisme légal et instaurait un désastreux état d’esprit.

Mais je suis bien « confiant » : une fois supprimée cette source de clientélisme, « on » trouvera bien le moyen de financer autrement l’achat de voix.

La seule réforme qui m’intéresserait en matière de « moralisation » financière de la vie politique serait la perte des droits civiques des élus condamnés pour corruption et la fin du financement public des partis.

Rien, en effet, ne justifie que les partis en place spolient légalement les contribuables pour empêcher toute concurrence !

Source : Journal les 4 vérités/Rouxel Jean

Une remarque lue sur le net….

 

Amuser le peuple…

Ce n’est pas d’une loi sur la moralisation de la vie publique, dont nous avons besoin… mais d’une communauté de vues sur ce qu’il convient de faire, c’est à dire d’une morale admise par tous…

C’est à ce prix que cette loi – qui sera de toutes façons détournée, comme toute loi qui empêche les prédateurs de voler- sera réellement appliquée, parce qu’elle sera dans les cœurs et non dans les codes de justice.

Notre société devrait plutôt se pencher sur l’éducation de nos enfants, gage d’un avenir meilleur car en progrès constant…

Mais après la poudre aux yeux de la loi sur la moralisation, reste a augmenter les profits des multinationales et du patronat : c’est en cours, avec l’explosion prévue du code du travail…

Alors, que réformer vraiment l’école, qui fonctionne comme au XIXème siècle, devrait être notre priorité…

 

Voir aussi :

 https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2013/06/05/mystification-mascarade/

 

Publié dans ACTUALITE, GOUVERNEMENT | Tagué , , | Laisser un commentaire

NE ME BASSINEZ PAS AVEC L’ÉGALITÉ !!! CE PRINCIPE EST CONTINUELLEMENT BAFOUÉ EN FRANCE….

L’impôt premier symbole d’inégalité puisque plus de la moitié des français n’en paye pas…

 

Capture.JPG

NOUS NE SOMMES PAS TOUS ÉGAUX FACE AUX IMPÔTS

L’impôt en France est de plus en plus lourd ? Il y a un vrai matraquage fiscal ? Pourtant, selon l’administration fiscale, seuls 4 Français sur 10 payent un impôt sur le revenu. Des chiffres en baisse chaque année depuis 2013. Et comme dans le même temps, les recettes fiscales augmentent, cela signifie tout simplement que vous êtes de moins en moins à payer l’impôt et que vous payez donc de plus en plus…

UN PEU D’HISTOIRE…

En 2011, le gouvernement Fillon a décidé de geler le barème de l’impôt sur le revenu. Suite à cette décision, de plus en plus de foyers sont devenus imposables, de sorte qu’ils étaient 18,15 millions de ménages à avoir payé un impôt sur le revenu en 2013, soit près de la moitié (49,9%)

Rappelons qu’en 2013, l’exécutif mis en place par François Hollande avait engagé un véritable choc fiscal, ayant fait bondir la part de foyers imposés de 49,9% en 2012 à 52,3% en 2013. La contribution des ménages (surtout les classes moyennes) s’est traduite essentiellement par la hausse des impôts sur le revenu (IRPP et CSG), sur le patrimoine (ISF) et par la hausse des cotisations sociales, notamment au moment de la réforme des retraites.

Face à la grogne suscitée, la majorité a ensuite fait machine arrière, du moins pour les Français les moins aisés (réductions exceptionnelles, suppression de la première tranche…). Ainsi de 2013 à 2016, la proportion de ménages imposés a reculé de 10 points (voir tableau), revenant même en dessous du précédent point bas touché en 2009 (43,4%).

Capture 2.JPG

Les principales mesures depuis 2013 :

  • Création le 1er Janvier 2013 d’une tranche d’imposition à 45 % pour la portion de revenu qui dépasse 150 000 euros.
  • Réduction d’impôt sur le revenu 2014 de 350 € pour un célibataire déclarant moins de 1,1 smic et 700 € pour un couple déclarant moins de 2,2 smic (3750 euros par part supplémentaire).
  • Suppression le 1er janvier 2015 de la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu à 5,5 %.
  • Augmentation en 2016 de la décote, mécanisme permettant de réduire voire d’annuler la facture des ménages dont l’impôt brut ne dépasse pas un certain montant, de 1135 euros (1870 euros pour un couple) à 1553 euros (2560 euros pour un couple).
  • Réduction d’impôt de 20% pour tous les foyers ayant un revenu fiscal de référence inférieur à certaines limites : 18 500 € pour un célibataire, le double pour un couple, majoré de 3 700 € par demi-part de quotient familial. Une mesure qui doit s’appliquer tous les ans.

DEUX FRANCE

Selon l’administration fiscale, seulement 42,8 % des ménages français ont payé l’impôt sur le revenu en 2016. Qui fait partie des heureux élus ? En France, le seuil de déclenchement de l’impôt sur le revenu se situe au-dessus de 16 000 euros de revenus annuels pour un salarié célibataire, alors que, dans de nombreux pays d’Europe (Espagne, Italie, Pays-Bas, Suède, Slovaquie), tous les contribuables sont soumis à l’impôt sur le revenu dès le 1er euro.

D’autres exemples montrent que l’Hexagone semble clairement moins mettre la pression sur les ménages que dans d’autres pays. Aux États-Unis, le Tax Policy Center estimait qu’en 2015, 54,7% des ménages payaient l’impôt fédéral sur le revenuAu Royaume-Uni, l’Institute for Fiscal studies estimait lui que 56,6% de la population adulte payait l’impôt sur le revenu. Pour l’Allemagne, selon l’institut der deutschen Wirtschaft Köln, un peu plus de 46 millions de personnes payent l’impôt sur le revenu. En prenant en compte le fait que l’Allemagne compte environ 68,7 millions d’adultes, le pourcentage d’Allemands payant l’impôt sur le revenu serait ainsi d’environ 66%. Enfin en Italie, tous les ménages sont, sur le papier, imposables, car la première tranche d’impôt sur le revenu débute dès le premier euro jusqu’à 15.000 euros annuels. Le précédent président du Conseil italien, Matteo Renzi, avait toutefois décidé d’acter une réforme fiscale pour 2018 qui n’imposerait pas les revenus des Italiens en dessous du seuil de 8000 euros.

42,8 % des ménages français qui payent l’impôt sur le revenu, il s’agit d’un record depuis 50 ans. Si la part des ménages peut varier en fonction de facteurs multiples (évolution des revenus, changement de situation personnel…), les geste fiscaux décidés depuis 2013 ont joué fortement.

L’État n’a pas pour autant allégé la charge globale de l’impôt. Entre 2013 et 2016, les recettes de l’impôt sur le revenu ont progressé de 4,25%, passant de 68,7 milliards à plus de 76 milliards d’euros.

Capture 3.JPG

Conséquence logique: Les foyers imposables à l’IR sont de moins en moins mais payent de plus en plus.

LES RICHES PAYENT LA NOTE

La concentration de l’impôt en France s’explique tout d’abord par la forte progressivité du système fiscal français, avec un barème de l’impôt qui augmente au fur et à mesure des revenus pour atteindre un taux marginal maximum de 45% au delà de 152.260 euros de revenus déclarés. Puis de 2014 à 2016, trois gestes fiscaux du gouvernement ont concerné le bas du barème de l’IR : Baisse forfaitaire, suppression de la tranche à 5 % et réforme de la décote. Enfin, la dernière mesure de François Hollande, effective pour les revenus 2016, consiste en une réduction de 20 % de l’impôt pour les revenus inférieurs à un certain seuil, et devrait faire sortir 150.000 ménages de l’impôt.

Ce n’est donc pas une surprise si seulement 42,8 % des ménages français payent un impôt sur le revenu, et si seulement 10% des foyers fiscaux payent 69% des recettes de l’impôt. Il s’agit des 3,5 millions de foyers fiscaux qui déclarent plus de 51 063 euros de revenus imposable. Et si on prend les foyers fiscaux ayant déclaré plus de 36 650 euros de revenus imposables (3,2 millions de ménages supplémentaires), la part passe à 83 % des recettes de l’impôt.

Et plus on monte dans l’échelle des revenus, plus la part d’impôt payée est importante. Représentant seulement 2% des contribuables, les 749.163 ménages ayant déclaré plus de 100.000 euros ont assuré, à eux seuls, plus de 40% des recettes de l’impôt sur le revenu en 2016, contre 39,2% l’année précédente.

Mais les classes moyennes ne sont donc pas épargnées pour autant :

  • Pour ceux faisant partie de la tranche ayant déclaré entre 51063 et 100000 euros : Leur contribution est donc de près de 30%.
  • Pour ceux faisant partie de la tranche ayant déclaré entre 36650 et 51063 euros : Leur contribution est de près de 15%.

Voir aussi : https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2013/12/08/payer-ses-impots-est-un-devoir-glorieux

Source : Mon Financier.com

Publié dans ACTUALITE, CATASTROPHE, COURBE DE LAFFER, DESINFORMATION ORDINAIRE, FINANCES PUBLIQUES, FISCALITE, FRANCE, GOUVERNEMENT, IMPÔTS, LES PILLARDS DE LA RÉPUBLIQUE POURSUIVENT LEURS RAZZIAS, NIVEAU DE VIE, POMPE à FRIC, SOCIETE | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

 JE NE SUIS PAS EN COLÈRE, J’EXPLIQUE !!!!!!

 

colere.png

Le Papy Boom!

Vous êtes un Aîné et le gouvernement décide que les retraites ne suivront pas l’augmentation du coût de la vie et qu’il n’y aura moins de soins de santé pour vous.

  Que faire ?. . . .

coler.png

Ne désespérez pas, voici la solution Papy Boom…
Soins de santé pour les aînés !

Notre offre «Papy Boum» donne, à toute personne âgée de 60 ans ou plus, un fusil et 4 balles. Vous obtenez ainsi le droit de « descendre » 2 sénateurs et 2 députés.

Bien sûr, cela signifie que vous irez en prison ! . . . .

cole.jpg

Mais une fois incarcéré, vous recevrez 3 repas par jour,  un toit sur votre tête, blanchi, éclairé, choyé, dorloté, télé, salle de sports, et tous les soins de santé dont vous avez besoin !

Plus de factures, d’eau, d’électricité, de gaz, de  loyer, de garage, de P.V., de redevance,  etc…

Vous revendez de suite votre véhicule et  augmentez votre pécule, donc plus de frais d’assurance, d’entretiens, de contrôles techniques, de garage, de carburants… ,  etc .

Vous avez besoin de
Nouveaux dentiers ?  col.jpgPas de problèmes !
Remplacer vos lunettes tous les ans ? co.jpg C’est parfait !

Nouvelles hanches, nouveaux genoux, reins, poumons, cœur…

Une nouvelle chaise roulante …..

Tous ces soins sont gratuits et tout est couvert !

Vous percevrez toujours votre retraite, dont  vous pourrez mettre le montant sur un compte épargne. Ah ! Pour les impôts, désolé, je ne sais pas comment cela se passe…… à voir !

Mais je pense qu’il faudra les payer ! …

c.JPG

Et qui va payer pour tous ces soins ?

(Les autres connards de français) appelés poliment et pudiquement l’état et ce  gouvernement qui affirment que vous êtes trop  vieux pour bénéficier des soins de santé et que  votre retraite ne suivra pas l’inflation…..

P.S.: Le succès de cette promo dépassant toute les prévisions, La demande a été  sous-estimée,  soyez patient ! !

cart

Les livraisons de cartouches  reprendront dès que les stocks seront renouvelés ! ! ! ! !

 

Source: Internet….

 

Publié dans ACTUALITE, HUMOUR-LUDIQUE, RETRAITES | Tagué | 1 commentaire

TRISTE JOUR POUR LA PLANÈTE

homme.JPG

C’est en cours ! Voilà où nous mène l’argent roi !  L’argent moteur ….

Jusqu’au 2 août tout s’est bien passé. L’humanité tapait dans les ressources de la planète. Des ressources qui peuvent être renouvelées en un an. C’est après que cela se complique et que cette même humanité va vivre à crédit.

planète

 Le coût de cette surconsommation est déjà visible : pénuries en eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces. ILLUSTRATION AFP

Ce mercredi 2 août, l’humanité aura consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an et vivra donc « à crédit » jusqu’au 31 décembre, a calculé l’ONG Global Footprint Network, relevant que ce moment survient de plus en plus tôt chaque année.

Ce mercredi 2 août marque pour la Terre le « jour du dépassement » (« overshoot day » en anglais) : « A partir de cette date, l’humanité aura consommé l’ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année », écrivent Global Footprint et le WWF dans un communiqué commun.

planet.JPG

Pour ses calculs, Global Footprint prend notamment en compte l’empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l’élevage, les cultures, la construction et l’utilisation d’eau.

1 jour plus tôt que l’année précédente

En 2016, le « jour du dépassement » était intervenu le 3 août. Même si le rythme de progression s’est un peu ralenti depuis six ans, cette date symbolique « continue inexorablement d’avancer: cette journée est passée de fin septembre en 1997 au 2 août cette année », relèvent les ONG. « Pour subvenir à nos besoins, nous avons aujourd’hui besoin de l’équivalent de 1,7 planète », précisent-elles.

« Le coût de cette surconsommation est déjà visible : pénuries en eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces. Vivre à crédit ne peut être que provisoire parce que la nature n’est pas un gisement dans lequel nous pouvons puiser indéfiniment », soulignent le WWF et Global Footprint.

Les émissions de gaz à effet de serre « représentent à elles seules 60% de notre empreinte écologique mondiale », rappellent-elles. Selon les deux organisations, « des signes encourageants » indiquent cependant qu' »il est possible d’inverser la tendance ».

Les émissions de CO2 restent stable

Malgré la croissance de l’économie mondiale, « les émissions de CO2 liées à l’énergie n’ont pas augmenté en 2016 pour la troisième année consécutive », relèvent-elles. Selon elles, « cela peut s’expliquer en partie par le développement important des énergies renouvelables dans l’électricité ».

La communauté internationale s’est engagée à la Conférence de Paris sur le climat, en décembre 2015, à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de juguler le réchauffement climatique.

Prenant en compte les dernières données scientifiques, Global Footprint recalcule chaque année la date du « jour du dépassement » pour les années passées depuis que ce « déficit écologique » a commencé à se creuser au début des années 1970. Elle avait ainsi annoncé l’année dernière que ce jour surviendrait le 8 août 2016, mais a depuis corrigé cette date en 3 août 2016.

Sources diverses: AFP, Midi Libre

Publié dans ACTUALITE, BIODIVERSITE, ECOLOGIE, ENVIRONNEMENT, HUMANITE, OCEANS, PLANETE, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE, RESSOURCES | Tagué | 1 commentaire

LA DÉMOGRAPHIE ARME DES ABSOLUTISTES

Erdogan lance le Grand Remplacement

Le discours du Président Turc censuré par les médias ! (vostfr)

C’est officiel: il demande aux turcs vivants en Europe de faire 5 enfants. Un discours historique par le président Erdogan que vous ne pourrez trouver nulle part !

Notre page Facebook: https://www.facebook.com/LRTurque
Source: Aldo Sterone

Publié dans ACTUALITE, EUROPE, INTERNATIONALE, TURQUIE | Tagué , | Laisser un commentaire

AFRIQUE INCONSCIENTE ?

Migrants et excédent démographique

Macron a osé: l’Afrique est victime de sa démographie. Ca fait des décennies que des voix s’élèvent pour le dire.

Le saviez-vous ? Il y a 7 millions de naissances annuelles au Nigeria. C’est-à-dire qu’un seul pays a plus de naissances que toutes l’Europe ! Les 250’000 migrants de la couverture de Valeurs Actuelles correspondent à moins de 15 jours de naissance de ce seul pays.

Source : Aldo Stérone

Publié dans ACTUALITE, AFRIQUE, INTERNATIONALE, NIGERIA, PLANETE | Tagué , , , | Laisser un commentaire

CSG : CETTE POMPE À FRIC VA PASSER À LA CAPACITÉ SUPÉRIEURE…

Macron Va Affecter 60% des Retraités Avec Cette Mesure — Allez-Vous Être Touché?

Cher Français…

Saviez-vous que Macron s’apprête à réduire ce que vous recevez dans votre retraite… si vous faites partie des 60% des Français qui vont être touchés par ce changement au régime fiscal…?  Ceci n’est pas une blague…

Vous pensiez pouvoir enfin vivre votre vie… mais l’État voit votre retraite comme le “clé” pour stabiliser ses budgets…

Alors que l’administration de Hollande laisse derrière lui un marasme financier… Macron se prépare à vous demander une “contribution” de plus afin d’éviter à se réformer…

De quoi s’agit-il…?

Eh bien, si vous faites partie de ce groupe de retraités, le gouvernement de Macron s’apprête à faire passer vos cotisations à 8,3%…! Soit presque un dixième de votre pension…! (Contre 6,6% aujourd’hui…)

Vous croyez peut-être qu’il s’agit d’une augmentation sans importance…

Cependant, croyez-vous qu’ils s’arrêteront là…?

Mis à part votre pension de retraite, vous avez peut-être un contrat d’assurance-vie, comme la majorité des retraités…

Alors que les Français ont déversé de plus en plus de leurs épargnes dans ces contrats au fil des années, l’État n’a fait que en demander de plus en plus…

Sur un contrat d’assurance-vie, vos cotisations sont passées de 0,5% en ‘96… à 3,9% en ‘97… puis 10% en ‘04… 12% en ‘09… 13,5% en ‘11… et 15,5% en ‘12…!

Voilà pourquoi nous vous supplions de dire “non” au gouvernement avant qu’il ne soit trop tard…

Disons-leur tout de suite:

NON à l’augmentation des contributions de 60% des retraités Français!

Signez la pétition.

Comment savoir si vous allez payer ces contributions…?

Eh bien cette hausse des contributions s’applique à toute personne recevant plus de “1 200 euros par mois (soit 14 375 euros par an) pour une personne seule et 1 837 euros par mois pour un couple” (selon JDN).

Vous serez d’accord avec moi qu’une pension de 1 200 euros par mois ne signifie pas qu’une personne peut “vivre avec moins” sans changer son mode de vie…

Pourtant, nos dirigeants vous demandent de changer votre train de vie… le tout pour qu’ils n’aient pas à changer le leur…

Dans une interview récente avec Les Échos, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé vouloir réduire la charge des impôts “de 11 milliards en 2018…”

Pourquoi alors appliquer cette hausse aux retraités…?

Disons tout de suite NON à l’administration — ne réduisez pas nos retraites…!

NON — Je m’oppose à ce que le gouvernement équilibre ses budgets sur mon dos.
Étant donné que cette augmentation touche 14 millions de Français… ne devrions-nous pas pouvoir obtenir 100 000 signatures de gens qui s’opposent à cette hausse…?

Aidez-nous à atteindre cet objectif en redirigeant ce mail vers vos contacts…Encore une fois, voici le lien pour signer:

NON à l’augmentation de cotisation sur les pensions de 60% des Français
P.S.: Macron et ses ministres ont chargé l’Assemblée Nationale de 5 mesures d’importance, et ont convoqué une session extraordinaire le 1er juillet…

Selon toutes les informations que nous avons, Macron compte toujours faire grimper la CSG (Contribution Sociale Généralisée) pour le 1er janvier 2018.

Parce que l’Assemblée est en session extraordinaire, le Premier ministre peut mettre fin à la session à tout moment…!

Du coup, nous avons besoin de nous faire entendre avant qu’ils ne ferment la session et qu’il ne soit trop tard…!

Je vous demande donc de faire de votre mieux en partageant autour de vous cette pétition.

En attendant votre participation,

Source : Henri Bonner

P.P.S.: Retrouvez ici le lien pour signer:

NON — N’augmentez pas la CSG sur ma pension de retraite…!

Pour nous assurer d’être écouté, nous allons délivrer ce message aux ministres concernés: Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie et des Finances, et Agnès Buzyn, Ministre de la Santé et des Solidarités…

Cependant, étant donné l’impact de cette mesure sur tous les retraités, notre message n’aura de force que si nous sommes en nombre…

Aidez-nous donc à atteindre les 100 000 signatures au minimum!

Cliquez ici pour signer.

P.P.P.S.: Regardez le message que nous partageons avec nos proches sur l’avenir de la France.
Voir aussi : https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2017/06/10/le-pillage-de-largent-des-francais-va-se-renforcer/

 

Publié dans ACTUALITE, FISCALITE, FRANCE, LES PILLARDS DE LA RÉPUBLIQUE POURSUIVENT LEURS RAZZIAS, POMPE à FRIC | Tagué , , , | 1 commentaire

LA CONFIANCE A BESOIN DE GAGES…  

 

« Cedant Arma Togae »  et la démission de Pierre de Villiers

Capture.JPG

 Le Général Pierre de Villiers a démissionné le mercredi 19 juillet. C’est la conclusion, logique, du conflit qui l’opposait au Président de la République. Dans une démocratie « les armes cèdent à la toge »[1]. Mais, cette décision extraordinaire, car c’est la première fois depuis 1958 qu’un chef d’Etat-major des armées démissionne, est loin de mettre fin au conflit qui oppose les forces armées à notre Président. Cette démission entache le quinquennat d’Emmanuel Macron de manière indélébile.

La démission du Général de Villiers est logique. Il le dit lui même dans le texte du communiqué qui a été diffusé le mercredi 19 juillet : « Dans les circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays. Par conséquent, j’ai pris mes responsabilités en présentant, ce jour, ma démission au Président de la République, qui l’a acceptée ». Mais, la phrase qui précède est tout aussi importante : « Dans le plus strict respect de la loyauté, qui n’a jamais cessé d’être le fondement de ma relation avec l’autorité politique et la représentation nationale, j’ai estimé qu’il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves, à plusieurs reprises, à huis clos, en toute transparence et vérité ».

On connaît l’origine du conflit : les 850 millions que le gouvernement, et donc le Président, entendent prélever sur le budget de la Défense. Or, le budget, avant ces coupes sombres, était déjà notoirement insuffisant, ce que Emmanuel Macron avait lui même reconnu. Le Général de Villiers s’est exprimé sur ce sujet devant la Commission aux Forces Armées de l’Assemblée Nationale. C’était son droit, c’était même son devoir. En tant que chef d’Etat-major des armés, il doit dire quand il considère que des coupes budgétaires mettent en péril la capacité des forces armées à remplir leurs missions. Ce n’est pas lui qui a porté « sur la place publique » ce débat. C’est ce que le Général de Villiers rappelle dans la seconde phrase citée.

Le fait que le Président ait pris la déclaration du Général Pierre de Villiers devant cette Commission pour un acte contestant son autorité, alors qu’il s’agissait de l’exercice normal de la démocratie, nous en dit long – et même très long – sur le caractère et l’irascibilité du chef de l’Etat. Ce fait nous en dit aussi beaucoup sur son respect des procédures démocratiques les plus élémentaires.

Le chef d’Etat-major des armées ne se faisait visiblement aucune illusion sur la suite des événements. En témoigne un court article qu’il a posté sur la page Facebook du Chef d’Etat-major, et intitulé « Confiance » [2]. Ce texte commence par un éloge appuyé du Général Delestraint, inspirateur et ami du Général de Gaulle, chef de l’armée secrète sous l’occupation, et qui périt en déportation. Il dit deux choses très importantes. La première concerne la confiance : « La confiance, c’est le refus de la résignation. C’est le contraire du fatalisme, l’antithèse du défaitisme… » Cela montre la nécessité de cette confiance. Et il montre l’importance de la confiance en soi, qui se construit dès l’enfance. La seconde, non moins importante, concerne ceux à qui on peut faire confiance, c’est la confiance en autrui. Cette confiance est nécessaire car un commandant, ou tout autre responsable, ne peut tout par lui même ; il doit avoir confiance envers , tant ses subordonnés, que ses supérieurs. Et il conclut par une mise en garde contre la confiance aveugle : « Méfiez-vous de la confiance aveugle ; qu’on vous l’accorde ou que vous l’accordiez. Elle est marquée du sceau de la facilité. Parce que tout le monde a ses insuffisances, personne ne mérite d’être aveuglément suivi. La confiance est une vertu vivante. Elle a besoin de gages. Elle doit être nourrie jour après jour, pour faire naître l’obéissance active, là où l’adhésion l’emporte sur la contrainte ».

Ces mots sont importants. Ils ont un sens précis dans l’institution militaire. Au-delà, ils font écho à l’un des attendus du Procès de Nuremberg contre les dignitaires nazis, qui avait rejeté l’excuse d’obéissance sous prétexte que cette dernière ne saurait être aveugle. C’est en réalité le propos du Général de Villiers.

Cette mise en garde vise tout autant les militaires (qui ne doivent pas se réfugier derrière l’excuse d’obéissance) que les civils. Et c’est ici que l’on touche à la tension qui existe dans l’aphorisme romain « les armes cèdent à la toge ». L’historien du Droit Mario Bretone, dans son grand livre sur l’histoire du droit à Rome [3], à propos de la loi d’investiture de l’empereur Vespasien, note que : « la subordination du souverain à l’ordre légal est volontaire, seule sa ‘majesté’ pouvant lui faire ressentir comme une obligation un tel choix, qui demeure libre » [4]. De fait, l’empereur réunit dans ses mains tant la potestas que l’auctoritas. S’y ajoute l’imperium, que détenaient avant lui les magistrats républicains.

La phrase de Mario Bretone ouvre une piste [5]. Quand il écrit, « seule sa ‘majesté’ pouvant lui faire ressentir comme une obligation » cela peut signifier qu’un empereur qui violerait les lois existantes pour son seul « bon plaisir » et non dans l’intérêt de l’État, perdrait alors la « majesté » qui accompagne l’imperium. Dans ce cas son assassinat deviendrait licite car le « dictateur » se serait mué en « tyran ». Et l’on sait que nombre d’empereurs sont morts assassinés, ou ont été contraints de se suicider. On pense entre autres à Néron ou à Caligula. On voit ici que les armes ne cèdent à la toge qu’à la condition que cette dernière soit digne, soit recouverte de la « majesté », un mot qui a un sens profond dans le latin juridique de l’Empire.

Il ne s’agit pas de transposer directement des coutumes de la Rome antique dans les institutions de la France du XXIème siècle. Néanmoins, on comprend, à lire le Général de Villiers, que si les gages de la confiance ne sont pas donnés, cette confiance ne saurait être accordée, et le principe d’obéissance du militaire au civil pourrait donc être révoqué. Et ces gages ne sauraient être uniquement financiers. La relation de confiance, qui est une relation essentiellement politique apparaît comme brisée.

Cela nous met en face d’une situation particulière qui découle de cette crise opposant le Général de Villiers au Président Macron. Pour la première fois, depuis fort longtemps, se pose donc la question de la « dignité » ou de la « majesté » du premier magistrat de la République. On voit ici que cette crise a partie lié aux déclarations scandaleuses du Président Macron à propos de la rafle du Vel’ d’Hiv’. Cette crise découle directement du comportement d’Emmanuel Macron, depuis sa récente élection.

Il dépend de lui de mesurer rapidement l’ampleur des dégâts qu’il a commis, et de fournir les gages qui permettront à l’ensemble de la Nation, et donc à ses forces armées, de reconstruire une relation de confiance. Car, ce que le Général de Villiers appelle la confiance n’est rien d’autre que la légitimité, un principe sans lequel il n’y a plus de démocratie [6]. S’il manquait à le faire, il ouvrirait de fait une période de grande incertitude quant au fonctionnement des institutions, y compris le mandat présidentiel qui pourrait, dès lors, s’en trouver dès lors abrégé.

Source : Jacques Sapir/Russeurope

[1] Ou Cedant arma togae, première partie d’une citation de Cicéron, De Officiis (Des Devoirs), I, 22

[2] https://www.facebook.com/notes/chef-détat-major-des-armées/confiance/1548451188570705/

[3] Bretone M., Histoire du droit romain, Paris, Editions Delga, 2016

[4] Bretone M., Histoire du droit romain, op.cit., p.216.

[5] Sapir J., (Avec B. Bourdin et B. Renouvin) Souveraineté, Nation et Religion – Dilemme ou réconciliation ?, Paris, Le Cerf, 2017

[6] Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Michalon, 2016

Voir aussi : https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2017/07/14/les-oiseaux-de-mauvais-augure-avaient-raison/

https://uncitoyenindigne.wordpress.com/2017/06/24/larmee-une-variable-dajustement/

 

Publié dans ACTUALITE, ARMEE, FINANCES PUBLIQUES, FRANCE | Tagué | 2 commentaires

IL DEVRAIT TOURNER SA LANGUE DANS SA BOUCHE…

Monsieur Macron, vous savez humilier mais vous manquez d’humilité !Capture

« Comediante, tragediante » les mots de Pie VII en direction de Napoléon Ier iraient comme des gants à Emmanuel Macron. Non en raison d’une quelconque ressemblance entre les deux hommes, le second n’ayant ni Arcole, ni Austerlitz, ni même rien du tout à son actif, sinon une élection étonnamment facilitée par les circonstances et les amis, mais parce que le Président de la République est avant tout un homme de théâtre. Après son discours pour la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, le constat s’imposait : la diction était parfaite, les liaisons assurées, les intonations d’une justesse sans faille, et l’émotion savamment maîtrisée jusqu’à déborder à l’évocation des enfants martyrs. Sans mettre en doute la sincérité, soupçonner le cynisme, on peut s’inquiéter d’une perfection de la forme, d’une complaisance à soi de l’homme, des regards vers l’auditoire pour s’assurer de l’effet, qui font naître l’idée que le Président élu est peut-être plus soucieux de son image auprès du public que de l’intérêt supérieur de la patrie, comme aurait dit De Gaulle. Car lorsqu’on analyse le contenu du discours, le jugement est plus sévère.

Deux questions franco-françaises ont été évoquées. La première était celle de la responsabilité de la France dans la déportation de Juifs entre 1940 et 1944 sur le territoire national. L’insistance du Président de la République à accuser la France en prétendant détenir la vérité à ce sujet est d’autant plus condamnable qu’il a évoqué le mutisme du Général de Gaulle pour l’opposer aux trois derniers présidents, en faisant de Mitterrand un intermédiaire puisqu’il se refusait à incriminer la République, c’est-à-dire, selon lui, la continuité française mais avait institué cette commémoration. La thèse gaulliste repose sur une idée simple : la vraie France n’était pas à Vichy, mais à Londres puis à Alger. C’était la France Libre, la France combattante. Dès Juin 1940, la France a continué à brûler dans quelques cerveaux hardis qui se faisaient une certaine idée de leur Nation, inséparable de l’honneur et de la grandeur. N’en déplaise à l’historien amateur qui habite l’Elysée, ce sont eux qui ont assuré la continuité française. C’est la participation du pays à la victoire et le rétablissement de la légalité qui le prouvent. Prétendre que Vichy était la France, insister sur les liens entre la IIIe République et l’Etat Français, fondés sur le racisme et l’antisémitisme, sont des déformations idéologiques qui légitiment la repentance et salissent le pays. En Juin 1940, des jeunes de 18 ans, comme Yves Guéna et Robert Galley franchissaient la Manche pour poursuivre la guerre, ce qu’ils font dans la IIe DB du Général Leclerc. Celui-ci, échappant deux fois aux Allemands, rallie Londres en passant par le Portugal, fait ensuite basculer l’AEF, où il est envoyé, dans le camp de la France Libre, aux côtés de Félix Eboué. Le Préfet Jean Moulin, le capitaine de corvette  Honoré d’Estienne d’Orves, celui qui ne croyait pas au ciel et celui qui y croyait, refusent la défaite et la soumission à l’Allemagne nazie ! Ces exemples sont-ils enseignés aux jeunes Français pour qu’ils en tirent l’exemple du courage et de la dignité, pour qu’ils y puisent la foi dans leur pays ? Non, on préfère étaler l’image ignoble ou sordide de la collaboration, celle de Paris, celle de Vichy.

Cette vision des choses n’élude nullement la monstruosité de la Shoah. Celle-ci doit être connue et reconnue. Elle ne peut être évoquée sans susciter la compassion et la solidarité à l’égard des Juifs, sans conforter l’idée qu’un peuple doit pouvoir bénéficier d’un territoire souverain aux frontières reconnues qui protège ceux qui souhaitent y vivre. Le souvenir du Vel d’Hiv n’accuse pas la France, encore moins tous les Français. Il ne prouve nullement la persistance du racisme ou de l’antisémitisme dans notre pays. Il est intellectuellement malhonnête de le prétendre. L’idéologie antisémite existait dans la société français d’avant 1940. Elle n’y était pas dominante et n’était pas au pouvoir. C’est la défaite qui lui a permis d’y accéder, sous deux formes, celle des doctrinaires, des écrivains, des journalistes, des collaborationnistes de conviction, qui n’étaient pas très nombreux et celle beaucoup plus répandue des opportunistes, des conformistes, des carriéristes qui encombraient le régime de Vichy. Bousquet ou Papon étaient-ils antisémites ? Même pas, sans doute. Ils faisaient carrière dans un milieu que M. Macron connaît bien, celui de la Haute Administration, où l’arrivisme n’est pas absent. Sans doute est-ce la leçon à tirer du Vel d’Hiv. Le pays est écrasé. Plus d’un million d’hommes sont prisonniers. Les autres doivent survivre, poursuivre leur travail, faire vivre leurs familles, et se soumettent au nouvel ordre. Tous ne le font pas avec zèle. D’autres en profitent. Certains, de plus en plus nombreux désobéiront. Condamner la France en laissant croire qu’elle est toujours la même, que l’antisémitisme d’aujourd’hui a partie liée avec celui d’hier, est un double mensonge.

La participation de l’administration et de la police françaises à la déportation sont des faits. Elles obéissaient à un pouvoir soumis à l’étranger, « nul non avenu » comme disait De Gaulle. Il ne sert à rien d’accuser notre pays même par démagogie envers une communauté. Il est infiniment plus utile d’apprendre à respecter les personnes de cette communauté pour ce qu’elles ont souffert et aussi pour tout ce qu’elles ont apporté à l’humanité. Il est surtout plus essentiel d’apprendre à chacun qu’il est responsable de ses choix et de son destin. Si la France n’est pas coupable, des Français l’ont été, et parfois par médiocrité. Mais d’autres ont fait le sacrifice de leur vie pour combattre le mal. Ils ont été la Résistance. On a tendance à les oublier !

La seconde question est donc celle de l’antisémitisme. Celui d’aujourd’hui, qui a sans doute coûté la vie à Sarah Halimi, n’a rien à voir avec celui des années 1930-1940. Ce dernier reposait sur deux axes, à droite, un sentiment de rejet nationaliste à l’encontre d’une confession, d’un groupe doté d’une forte identité et, à gauche, un préjugé social envers des gens suspectés de s’enrichir facilement. Le premier n’est plus qu’un vestige. Maurice Barrès y avait déjà renoncé en 1917 devant le sacrifice des soldats français « israélites » comme on disait alors. Il place alors le Judaïsme dans les « Grandes Familles Spirituelles de la France ». Le second est plus vivace et trouve un terrain favorable chez des immigrés musulmans. C’est lui qui explique l’assassinat barbare d’Ilan Halimi. L’argument antisioniste qui tente de le justifier parfois est également nouveau. La confrontation entre Israéliens et Palestiniens retentit chez nous en raison de la présence d’un grand nombre de personnes d’origine arabe ou de confession musulmane qui se sentent solidaires des Palestiniens. Cette situation est totalement différente de celle qui prévalait en 1942. Vouloir y voir une résurgence masquée par l’antisionisme revient à cacher la vérité en noyant deux problèmes distincts dans la confusion. L’intention est maligne : la France coupable d’antisémitisme hier serait coupable aujourd’hui du racisme à l’égard de ceux qui trouvent dans l’antisionisme un exutoire à leurs frustrations ! Double peine pour le pays ! En conceptualisant à grands traits suivant son habitude, M. Macron fait de la repentance un système. Cela lui permet d’éviter le vrai problème : celui de l’immigration musulmane, de son importance, des difficultés de son assimilation, et des conséquences qui en résultent. Le risque d’afficher son judaïsme dans certains quartiers ne tient pas à une politique, mais à des pressions sociales que la politique ne maîtrise plus. En accusant la France, le Président se dédouane à bon compte !

Autoritarisme excessif à l’égard du Chef d’Etat-major des Armées, outrecuidante présomption à se faire le maître de la vérité historique, méconnaissance de l’indépendance du pouvoir législatif et de l’autorité judiciaire, accusations répétées envers le pays dont il est le Chef d’Etat, à propos de la colonisation ou de la déportation, voilà qui est bien surprenant de la part d’un homme jeune dénué d’expérience et auquel la France, jusqu’à présent, ne doit rien. N’étant pas encore rentré dans l’histoire, un peu de modestie lui siérait davantage !

 Source : Christian Vanneste

Note de Citoyen Indigné : on trouve dans la Bible, attribuée à Salomon, la forme suivante : « Le sage tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler ». Autant dire que l’idée du sage qui réfléchit avant de parler remonte à loin dans le temps. (Source : les expressions françaises décortiquées) Ce qui d’évidence n’est pas le cas de Macron…

Publié dans ACTUALITE, ANALYSE, COMMUNICATION POLITIQUE, FRANCE, PRESIDENT | Tagué , , , , | 1 commentaire